Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Aspects psychologiques

Justifier le traitement homéopathique dans le cas de la dépression

La dépression demeure l’un des phénomènes psychologiques qui se traite par la médecine conventionnelle tout comme par l’homéopathie. Ce qui est intéressant à noter c’est que la médecine classique arrive difficilement à satisfaire les patients qui cherchent non seulement un traitement efficace mais durable. L’homéopathie satisfait ces deux besoins. La question est de déterminer pourquoi l’homéopathie est un mode de traitement fiable dans les cas de dépression.

La dépression

La dépression entraîne un abaissement des esprits. Elle provoque également un effondrement de la poitrine et des épaules. Elle empêche la respiration normale et force communément les gens à essayer de reprendre leur souffle par de fréquents soupirs. La dépression peut être une expérience temporaire et transitoire ou un état profondément troublant qui peut conduire au suicide. L’attention professionnelle est généralement recommandée pour aider une personne qui traverse cette expérience émotionnelle – tout en ne niant pas son état dépressif. Bien sûr, ceci n’est pas valable pour les cas de dépressions mineures – ces dernières demandent un traitement plus léger quoiqu’il est toujours recommandé de consulter un praticien que de s’auto-diagnostiquer.

Raisons pour lesquelles les maladies mentales sont en augmentation

Il existe de nombreuses hypothèses pour expliquer pourquoi le nombre de personnes souffrant de maladie mentale est en augmentation et pourquoi elle afflige des individus partant de ceux qui sont âgés à ceux qui sont plus jeunes. Il semble exister une nécessité pour une analyse homéopathique de cette épidémie: des informations supplémentaires quant au pourquoi de cette manifestation sont clairement nécessaires.

Comme la plupart des observateurs de la médecine d’aujourd’hui, les homéopathes ne croient pas qu’il y a tout simplement une raison unique pour la hausse du nombre de patients souffrant de la maladie mentale. Au contraire, de nombreux homéopathes affirment que la iatrogénèse (médecin – maladie induite) joue un rôle beaucoup plus important de ce qui est communément admis.

Les homéopathes, tout comme les physiologistes modernes, saisissent que les symptômes de la maladie représentent les défenses de l’organisme dans sa lutte pour s’adapter et combattre l’infection, les agressions de l’environnement, ou même le stress d’une certaine manière. Aussi inconfortable que les symptômes puissent être, il n’empêche qu’elles montrent les meilleurs efforts de l’organisme pour essayer de se défendre et de se guérir. Ces défenses sont une partie innée des efforts évolutifs de l’être humain pour survivre. Les symptômes qu’une personne ressent consistent de la panoplie de formes extérieures que montre le corps alors qu’il s’active à retrouver sa guérison en puisant de sa force vitale. Ce phénomène est communément appelé « vis medicatrix naturae», c’est-à-dire, le pouvoir de guérison de la nature.

Concernant les médicaments conventionnels, leur ingurgitation pour supprimer un symptôme peut être efficace temporairement. Des symptômes aussi divers que les fièvres, toux, sécrétions nasales, ou la pression artérielle élevée sont reconnus, même par les physiologistes, comme étant les adaptations et les défenses de l’organisme. Par conséquent, les médicaments qui suppriment ces symptômes peuvent fournir une apparence de guérison à court terme, mais ces médicaments réduisent en vérité la capacité du corps de la personne pour se guérir. De manière plus significative et plus sérieusement, les médicaments classiques peuvent éventuellement supprimer le processus de guérison de la maladie et donc de la sagesse innée du corps, créant ainsi une maladie plus sérieuse et plus grave.

L’ironie de la médecine scientifique moderne est que la preuve que les médecins exposent fièrement pour démontrer qu’un médicament « fonctionne », est souvent la preuve que le médicament est efficace seulement dans la suppression, et non pas dans la guérison d’un symptôme spécifique. Il y a, bien sûr, de nombreuses exceptions à cette observation générale, telles que les antibiotiques – toutefois, même les médicaments antibiotiques comprennent leur propre lot de problèmes.

Pendant plus de 200 ans, les homéopathes ont observé la capacité de nombreux médicaments classiques à supprimer une maladie aiguë en la transformant en une maladie chronique plus profonde. En même temps, les homéopathes ont également constaté que cette suppression de la maladie amène de plus en plus une maladie mentale. Lors de l’examen des effets secondaires de nombreux médicaments, il n’est pas rare de trouver que les médicaments sont connus pour conduire à des états différents de la maladie mentale : de la dépression à l’illusion des propensions suicidaires.

Tout comme la suppression d’émotions conduit souvent à une explosion de ces mêmes émotions plus tard, de la même manière la suppression des symptômes physiques peuvent conduire à une maladie physique plus grave ou une maladie mentale plus inquiétante. L’utilisation de médicaments à apporter un soulagement temporaire a un certain coût ou d’un passif qui prend la forme d’une maladie plus grave plus tard.

Dangers du traitement conventionnel: révélations

Des études récentes publiées dans des revues médicales ont sérieusement remis en question l’efficacité du traitement pharmaceutique classique des personnes souffrant de la dépression du type léger ou modéré.

Au début de 2010, les médias ont rapporté un examen approfondi des tests de recherche des médicaments antidépresseurs. Ce qui est unique à propos de cette revue de la recherche est que les chercheurs ont évalué les études qui ont été soumis à la US Food and Drug Administration (FDA). En même temps, les chercheurs ont découvert que de nombreuses études présentées à la FDA sont restées inédites. De manière significative, la recherche inédite a toujours montré des résultats négatifs occasionnés par des antidépresseurs.

Cette méta-analyse des médicaments antidépresseurs montre de modestes prestations par rapport au traitement placebo dans la recherche publiée, mais lorsque les données d’essais inédits sont incluses, le bénéfice tombe en dessous des critères acceptés pour être qualifiée comme ayant de la signification cliniquement. La découverte la plus surprenante dans le contexte de cette recherche est peut-être le fait que la FDA exige que les fabricants de médicaments leur fournissent deux études positives sur la dépression pour atteindre le statut d’approbation par la FDA, même si ces mêmes compagnies pharmaceutiques soumettent des études d’envergures plus importantes avec des résultats négatifs. A force de telles informations dans la question de l’efficacité de médicaments approuvés par la FDA, l’explication pourquoi tant de médicaments conventionnels finissent par être retirés du marché n’est plus surprenante. La question demeure: combien de victimes ont été engagées avant que ces médicaments ne soient retirés de la consommation publique?

Un autre examen de la recherche a été publié dans le JAMA (Journal of the American Medical Association), dans lequel les chercheurs ont trouvé des résultats similaires: c’est à dire, l’échelle de la prestation des antidépresseurs par rapport à l’augmentation placebo tout en prenant en considération le degré de sévérité des symptômes de la dépression. Ils peuvent être minimes ou inexistants en moyenne, chez les patients présentant des symptômes légers ou modérés. Ces chercheurs ont pu constater les avantages de l’utilisation des antidépresseurs dans le traitement de la dépression sévère, mais parce que la majorité des gens qui prennent des antidépresseurs aujourd’hui ne souffrent pas de ce qu’on appelle la dépression sévère, il est conseillé aux personnes souffrant de dépression de parler aux médecins au sujet des alternatives plus efficaces et plus sûres.

La réalité atteste le fait que lorsque les médecins conventionnels de nos jours n’obtiennent pas des résultats suffisamment efficaces avec un médicament, ils ont souvent tendance à prescrire plus de médicaments tout simplement – dans l’espoir que l’un d’eux, ou leur combinaison, seront plus efficaces. Que cette utilisation accrue de médicaments soit efficace ou non, en fin de compte ce sont les compagnies pharmaceutiques qui profitent de cette stratégie. Cependant, la recherche croissante est de trouver que la «poly-pharmacie» (l’utilisation de plusieurs médicaments en même temps) peut conduire aux pires et non pas aux meilleurs résultats. De nouvelles recherches ont montré que la poly-pharmacie, traitée avec des médicaments psychotropes, dans le case des adolescents à tendance suicidaire et qui ont été hospitalisés, amène une augmentation significative du risque de réadmission précoce du patient.

La recherche qui a été présentée à l’Ohio State University et le Nationwide Children Hospital, a révélé que chez des patients adolescents suicidaires, qui ont été hospitalisés après avoir reçu trois ou plusieurs différentes classes de médicaments psychotropes, il existe le risque de 2,6 fois d’être réadmis dans les 30 jours qui suivent après avoir pris congé de l’hôpital.

D’autres chercheurs ont découvert une tendance inquiétante parmi les 13 000 visites de patients présentant des diagnostics de troubles mentaux: ainsi dans les années successives, il y a eu une augmentation dans le nombre de prescriptions de médicaments psychotropes. Les visites dans lesquelles deux ou plusieurs médicaments ont été prescrits a augmenté de 42,6 pour cent en 1996-1997 à 59,8 pour cent en 2005-2006, et celles dans lesquelles au moins trois médicaments ont été prescrits ont pratiquement doublé, passant de 16,9 pour cent à 33,2 pour cent.

Le traitement homéopathique de la dépression

De nombreuses études ont montré les avantages de l’utilisation de l’herbe et du millepertuis pour traiter les dépressions qu’elles soient légères ou modérées. Toutefois, les homéopathes trouvent généralement qu’il est préférable de prescrire des remèdes homéopathiques individualisés à chaque patient pour atteindre à long terme des résultats durables sans avoir à prendre des doses continuelles de tout médicament (naturel ou non). En fait, une étude récente publiée dans une revue médicale publiée par l’Oxford University Press a constaté que le traitement homéopathique individualisé est tout aussi efficace et est même plus sûr que le Prozac dans le traitement des personnes souffrant de dépression modérée ou sévère.

Cette étude a inclus 91 patients présentant des dépressions modérées à sévères qui ont reçu un médicament homéopathique choisi individuellement ou la fluoxétine (Prozac) à raison de 20 mg par jour (jusqu’à 40 mg par jour) dans une étude prospective, randomisée (c.-à-d. de façon aléatoire), doublement en huit semaines de processus. Toutefois, il n’y avait pas de différences significatives entre les pourcentages de taux de réponse ou de la remise dans les deux groupes. L’étude révèle également un pourcentage plus élevé, mais pas suffisamment significatif, de patients traités avec le Prozac qui ont rapporté des effets secondaires gênants. Il y avait une tendance vers une plus grande interruption de traitement pour contrer ou annuler les effets indésirables dans le groupe Prozac.

Les gens qui se prétendent être « sceptiques » de l’homéopathie seront surpris et impressionnés de savoir que deux revues médicales spécialisées ont publié une étude en double aveugle et contrôlée par placebo sur des souris. Les chercheurs, durant l’étude, ont constaté que l’un des médicaments de l’étude le, Gelsemium sempervirens, était étroitement lié à l’anxiété.

Jonathan Davidson, MD et professeur de psychiatrie à l’Université Duke, a mené une petite étude sur les adultes souffrant de dépression majeure, la phobie sociale, ou le trouble de panique. Il a constaté que 60 pour cent des patients ont répondu favorablement à un traitement homéopathique. Quand on reconnaît la sécurité considérable de médicaments homéopathiques et les avantages que certains patients obtiennent plus sûrement de cette méthode de traitement, il est remarquable que la majorité des psychiatres et des psychologues ne soient pas encore en train de se référer aux homéopathes avant de prescrire de puissants médicaments conventionnels pour leurs patients.

Une étude des résultats cliniques d’intérêt portant sur des médecins de la Faculté du Royaume-Uni de l’Homéopathie (parmi lesquels 13 étaient des médecins généralistes et du NHS, 3 praticiens privés) a traité une grande variété de personnes souffrant de maladies chroniques. Les scores des résultats de 958 patients individuels ayant deux ou plusieurs rendez-vous ont été pris et on a constaté que 75,9 pour cent ont connu un résultat positif, 14,7 pour cent n’ont connu aucun changement, et 4,6 pour cent ont résulté en une détérioration d’expérience en matière de santé. Les patients ayant les meilleurs scores positifs (plus de 50 pour cent des patients qui s’auto-obtiennent une note de +2 ou +3 sur une échelle de Likert de 7 points de -3 à 3) ont été réalisés dans le traitement de l’anxiété, le catarrhe, la colique, la cystite, la dépression, l’eczéma, le syndrome du côlon irritable, et le syndrome prémenstruel. Au total 63,6 pour cent des patients souffrant de dépression sont auto-évalués en raison de +2 ou +3 d’un traitement homéopathique.

La logique expliquant l’utilisation de l’homéopathie pour traiter la dépression

Les médicaments homéopathiques ne sont pas prescrits en se basant sur la maladie diagnostiquée sur la personne, mais sur la façon unique que la personne éprouve de sa maladie. En d’autres termes, les médicaments homéopathiques sont prescrits sur la base du syndrome de divers symptômes physiques et psychologiques, et pas seulement un seul symptôme ou l’étiquette de la maladie. Bien que le choix de prescription du remède homéopathique correct est plus complexe que l’utilisation de médicaments conventionnels ou même de nombreuses préparations à base de plantes, le système de prescription qui est individualisé pour la personne tout entière est intellectuellement solide, et ses résultats sont souvent importants.

Le principe derrière l’homéopathie est que les symptômes de la maladie ne sont pas seulement quelque chose de mal avec la personne, mais sont en réalité les efforts de leur corps et de l’esprit pour lutter contre l’infection et s’adapter au stress. Au lieu d’utiliser de fortes doses d’agents pharmacologiques pour supprimer les symptômes, les doses, très petites et spécialement préparées de substances médicinales, sont individuellement prescrites à un patient pour leur capacité unique de provoquer un surdosage des symptômes similaires à ceux que la personne malade peut montrer. En repérant un médicament qui correspond aux symptômes de la personne malade, la médecine s’active parmi les cellules humaines et augmente les défenses du corps.

Il y a, en effet, beaucoup plus qui pourrait être dit à propos du système sophistiqué de guérison que l’homéopathie incarne. Il y a beaucoup à dire aussi sur les preuves historiques et scientifiques qui vérifient l’innocuité et l’efficacité de cette forme de médecine. Toutefois les informations et les idées exposées fournissent une bonne introduction aux raisons pour lesquelles les gens qui expérimentent la dépression d’intensité légère à la dépression modérée, peuvent envisager de demander des soins professionnels homéopathiques.

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 3.0/5 (2 votes cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: +3 (from 3 votes)
Aspects psychologiques, 3.0 out of 5 based on 2 ratings
  • Cadmium Sulfuratum et les sels de cadmium 22 décembre 2016
    Voici un excellent exposé du docteur Ravalard, presenté lors du séminaire de Vannes, sur Cadmium Sulfuratum et les sels de cadmium Pourquoi le Cadmium?   De nombreux patients cancéreux viennent chercher de l’aide chez les homéopathes.   Que répondre à leurs demandes, comment gérer leurs situations? D’où ma lecture de nos anciens sur le sujet […]
  • Sortie du Répertoire 8 décembre 2016
    Ouvrage indispensable, voila la version 2017, enrichie, et éditée par Edouard Broussalian du répertoire homéopathique de Kent Une version inédite, en couleur, avec les valorisations relatives et générales ! Vous pouvez le retrouver dans l’e-boutique ici Cette 5ème édition est l’aboutissement de nombreuses années de réflexion sur le répertoire et les données issues de sa […]
Copyright © 2012-2014 Guide Homéopathique - Tous droits réservés