Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Trismus

Le trismus est une infection se manifestant par l’incapacité de la bouche à s’ouvrir. Il s’agit d’une contraction des muscles se trouvant au niveau des mâchoires. La contraction est involontaire, constante, parfois passagère et aigüe. Les muscles concernés par cette contracture sont le masséter et les ptérygoïdes. Le rôle principal de ces muscles masticateurs consiste à permettre l’ouverture buccale.

Une bouche qui s’ouvre normalement donne une ouverture d’environ trois doigts. En cas de trismus, cette ouverture diminue considérablement, à aller jusqu’à l’impossibilité d’ouvrir la bouche.

La communication verbale ainsi que la mastication sont gênées par ce problème au niveau de la mâchoire. Ce trouble, généralement temporaire, a pour effet d’empêcher la personne atteinte de pouvoir parler, d’assurer une bonne hygiène de la bouche, d’avaler et de mâcher.

Les signes évocateurs d’un trismus

D’une façon généralisée, le trismus se manifeste à travers la difficulté ou l’impossibilité d’ouvrir la bouche. Mais à cela s’ajoutent aussi d’autres symptômes qui aident à confirmer l’existence de ce phénomène.

Pour certains sujets, il y a inflammation et il s’accompagne d’une douleur ressentie au niveau de la langue ou dans la partie des ptérygoïdes.

Un individu qui est déjà sous traitement et qui va avoir un trismus aura des sensations du genre élancement sur la zone de la mâchoire. Cette sensation bizarre se manifeste avant que l’angle d’ouverture buccale se referme et que les muscles se contractent.

Dans le cas où le trismus se voit après une longue ouverture de la bouche, le sujet n’aura aucune douleur au moment du blocage du masséter et des ptérygoïdes.

Causes du trismus

Le trismus peut être provoqué soit par des causes générales soit par des causes locales.

Les causes générales sont un problème neurologique (botulisme, AVC), un trouble carencielle ou métabolique (carence en vitamine B1, encéphalopathie, tétanie, et hypoglycémie), un souci médicamenteux ou toxique, et le tétanos.

Les causes d’origine locale sont aussi nombreuses, ce sont les plus fréquentes. Ces causes peuvent être iatrogènes (extraction dent de sagesse, fracture de l’angle), tumorales, fonctionnelles (troubles psychiques et occlusion dentaire), traumatiques (contusion des muscles masticateurs et des ATM, fracture), et infectieuses. Plusieurs infections sont à la source d’un trismus. Ce sont l’arthrite aigüe, la sous-maxillite, les parodontites, les angines, les stomatites, les ostéites, et les infections apicales.

Le trismus peut être aussi provoqué par la consommation de drogue, une exposition de la tête et du cou face à des radiations et une longue immobilisation de la bouche en position ouverte.

Traitement du trismus

La meilleure façon d’appréhender le trismus serait de l’éradiquer par la cause. Dans ce cas, le médecin doit connaître exactement par quoi il est provoqué.

L’internat à l’hôpital est requis lorsque la source du trismus est le tétanos. Il est classé dans les urgences.

Dans certaines situations, il faut mettre la personne sous anesthésie générale pour pouvoir le lever. En plus des principes allopathiques et des traitements autour, l’autre option qui pourra aider l’individu à apaiser les symptômes reliés à ce phénomène serait l’homéopathie. L’homéopathie offre tout un panel de remèdes auxquels l’homéopathe ou le médecin traitant choisit pour traiter chaque cas de trismus.

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0 (from 0 votes)
  • Introduction aux Maladies Chroniques d’Hahnemann 1 décembre 2019
    Un grand merci à mes chers philosophes anonymes pour toutes ces belles discussions sur Aristote. Merci à Annick pour son oeil de lynx. En guise d’avertissement: Etant tout à fait novice en philosophie, veuillez me pardonner et me corriger si vous trouvez des erreurs dans cet exposé. L’ouvrage « Doctrine et traitement homéopathique des maladies chroniques » […]
  • Un vieil article (?) 5 octobre 2019
    Nous sommes en 1834. Hahnemann réside toujours dans sa « retraite«  de Köthen. Il vient tout juste de rencontrer Marie Mélanie d’Hervilly et n’imagine sans doute pas qu’il va vivre avec elle une nouvelle page de son existence, en France ! Dans ce pays à la fois si proche et si lointain, où l’homéopathie en est […]
Copyright © 2012-2017 Guide Homéopathique - Tous droits réservés