Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Synovite aigüe transitoire

La synovite aigüe transitoire est une pathologie de l’articulation chez l’enfant. C’est une arthrite réactionnelle virale. La partie interne des articulations est tapissée de membrane, et c’est cette dernière qui fait l’objet d’une inflammation lorsque l’enfant est sujet à la synovite aigüe transitoire. Cette pathologie est appelée de manière plus commune par l’expression rhume de hanche. Elle atteint surtout les garçons âgés entre 3 et 10 ans. Les petites filles ne sont touchées que très rarement. Il nuit à la démarche et peut même handicaper l’enfant dans les cas les plus extrêmes. Il provoque une modification de la marche, voire à ce que l’enfant finisse par boiter. Ce souci de déplacement est dû aux douleurs et à la gêne ressentie sur l’un des membres. Cette souffrance tend généralement à s’irradier vers le genou. Son intensité et la sensation vécue par l’enfant ressemblent à celui d’une crampe musculaire. Mais en même temps, le petit garçon peut avoir de la fièvre et aussi des douleurs difficiles à localiser. Cette maladie infantile a un impact sur la croissance du patient, et aussi sur son comportement, c’est la raison pour laquelle il ne faut pas la négliger. Cette infection apparaît suite à une contamination par des virus, suite à des microtraumatismes, ou suite à une rhinopharyngée. Elle n’est pas contagieuse, car c’est le système auto-immunitaire qui est touché. La synovite aigüe transitoire survient surtout au printemps et en hiver de façon périodique et passagère.

Les symptômes de la synovite aigüe transitoire

Les premiers symptômes correspondent à de la hausse de température. La fièvre semble si banale, mais c’est surtout l’apparition des autres signes avant-coureurs qui doivent alerter les parents. Au stade de son commencement, cette inflammation provoque aussi une infection oto-rhino laryngologique ou digestive. Au fur et à mesure qu’elle se développe, le garçon commence à ressentir de la souffrance sur la partie de sa hanche. Cette souffrance ne s’arrête pas à la hanche, mais s’étend et s’irradie vers le genou et la cuisse. À cet instant, l’enfant commence à boiter, il a peur de marcher à cause de la douleur. Parfois même, il reste immobile, car il n’arrive plus à se déplacer. De plus, les mouvements effectués par la hanche sont restreints. Lorsque des tests d’imagerie comme l’échographie sont réalisés, un épanchement de liquide peut être constaté sur l’articulation de la hanche.

Quels sont les examens à faire pour pouvoir affirmer la synovite aigüe transitoire ?

Les médecins entament toujours par un examen clinique avec un interrogatoire pour savoir ce qui arrive vraiment au gamin. Le médecin examine soigneusement l’enfant, ainsi que sa démarche, sa stature debout et les différents segments osseux de sa posture. D’autres examens complémentaires peuvent être réalisés, il s’agit de fibrinogène, d’orosomucoïdes, de CRP, de NFS, de TDM, d’IRM, de scintigraphie au technétium 99, d’échographie et de radiographie.

Comment traiter la synovite aigüe transitoire ?

En plus de la prescription du médecin traitant, l’enfant doit faire un repos strict au lit. Lorsque la guérison évolue dans le bon sens, petit à petit, la reprise de la marche est envisageable. Pour accélérer le processus de guérison et aussi pour atténuer la souffrance, il est possible d’introduire des remèdes homéopathiques adéquats dans le traitement.

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0 (from 0 votes)
Synovite aigüe transitoire , 5.0 out of 5 based on 1 rating
  • Homéopathie et Choléra 8 septembre 2018
    Cet article du Figaro est daté du 13 Juillet 1884. Après un petit traitement d’image Photoshop pour rendre le texte plus lisible et le débarrasser de sa grisaille, voici un texte édifiant sur les capacités de l’homéopathie. Merci à Athelas de Planète Homéo pour avoir retrouvé ce document d’archive. Bien sûr les «collabos» et autres […]
  • Protocoles, vaccination, isothérapie et homéopathie 5 août 2018
    Introduction Le mot protocole possède des résonances magiques un peu à l’instar des suffixes « pro » ou « plus » que le marketing pousse souvent à ajouter au nom d’un produit. Dans l’imaginaire du public, le PROTOCOLE, c’est le garant de la « science » et du « sérieux ». Or le terme est justement l’application aveugle d’instructions donnés par en haut. […]
Copyright © 2012-2017 Guide Homéopathique - Tous droits réservés