Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Surcharge pondérale

La surcharge pondérale n’est pas seulement une question de constitution et d’esthétique, il s’agit d’un vrai phénomène correspondant à un problème de santé. Elle ne doit jamais être négligée ni prise à la légère. Dans la majorité des cas, elle survient chez une personne sédentaire ou qui ne pratique pas assez d’exercice physique, et qui en revanche mange beaucoup. L’apport en calories de cette personne est beaucoup plus élevé par rapport à l’énergie dépensée d’où le déséquilibre. Au fil du temps, une personne présentant une surcharge pondérale est susceptible de devenir obèse.

Pour qu’un individu sache si son poids convient à sa corpulence et qu’il n’est en surcharge pondérale, il doit connaître son IMC (Indice de Masse corporelle). Chacun peut calculer son IMC sans difficulté en sachant son poids et sa taille. La formule correspond au rapport du poids de la personne sur sa taille au carré. Pour mieux l’illustrer, prenons le cas d’un individu pesant 56 kg et dont la taille fait 1m50, son IMC serait alors le résultat du 56 / 1.50 x1.50 qui donne 24,88 kg/m². Concernant les adultes, l’IMC idéal doit se trouver entre 18,5 et 24,9. Au-delà de cette valeur, la personne se retrouve en surcharge pondérale. En atteignant le 30, elle considérée comme obèse. En revanche, si l’IMC est au-dessous de 18,5, l’individu est alors maigre.

Les phases de surcharge pondérale peuvent être subdivisées en quatre diathèses à savoir le tuberculinisme, le lutéisme, la sycose et la psore.

Quelles sont les manifestations de la surcharge pondérale ?

Les signes de manifestations de la surcharge pondérale présentent certaines nuances pour les quatre diathèses. La prise de poids est suscitée par la fatigue et l’hypersensibilité chez le tuberculinique. Le sujet a des soucis de la sphère ORL, des problèmes veineux, de la constipation, et de la frilosité.

La surcharge pondérale se transmet de père en fils chez les gens lutéique. A la naissance, le bébé lutéique pèse plus de 4 kg. Cette forme héréditaire ne répond pas aux divers programmes minceurs. De plus, il peut présenter également des comportements paradoxaux, de l’impatience, de l’hyperactivité, des troubles psychiques, des fausses couches répétitives, des accouchements avant-terme, et des antécédents médicaux de tréponème ou de syphilis.

Les sycotiques prennent généralement du poids entre l’automne et l’hiver. Pour eux, les cellulites, les embonpoints et l’obésité proviennent d’une rétention d’eau, d’un état dépressif, d’un choc psychologique, d’un déséquilibre alimentaire ou d’une intervention chirurgicale. La surcharge pondérale se manifeste ici à travers les réactions suite aux prises de corticoïdes, d’antidépresseurs et de certains autres médicaments. Les kystes, le teint pâle et les sueurs abondantes constituent également les symptômes.

Une alimentation non équilibrée et non saine est à la source de surcharge pondérale chez les sujets psoriques. Ces derniers n’arrivent pas à éliminer les toxines présentes dans leur organisme et se retrouvent face à une intoxication chronique. Les signes avant-coureurs sont la fatigue, le ralentissement intellectuel, la dépression, la migraine, l’asthme, l’hypersensibilité, les problèmes vésiculaires et rénaux, le rhumatisme chronique et le stockage de graisse.

Traiter la surcharge pondérale

En plus des conseils des nutritionnistes et des médecins sur le régime alimentaire à adopter, sur les exercices physiques à faire et sur les médicaments à prendre, il est préférable d’ajouter l’homéopathie dans le traitement. Les remèdes homéopathiques aident à garder le poids plus stable et évide les effets yo-yo.

 

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: +1 (from 1 vote)
  • Introduction aux Maladies Chroniques d’Hahnemann 1 décembre 2019
    Un grand merci à mes chers philosophes anonymes pour toutes ces belles discussions sur Aristote. Merci à Annick pour son oeil de lynx. En guise d’avertissement: Etant tout à fait novice en philosophie, veuillez me pardonner et me corriger si vous trouvez des erreurs dans cet exposé. L’ouvrage « Doctrine et traitement homéopathique des maladies chroniques » […]
  • Un vieil article (?) 5 octobre 2019
    Nous sommes en 1834. Hahnemann réside toujours dans sa « retraite«  de Köthen. Il vient tout juste de rencontrer Marie Mélanie d’Hervilly et n’imagine sans doute pas qu’il va vivre avec elle une nouvelle page de son existence, en France ! Dans ce pays à la fois si proche et si lointain, où l’homéopathie en est […]
Copyright © 2012-2017 Guide Homéopathique - Tous droits réservés