Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Photosensibilisation

La photosensibilisation correspond à l’interaction, entre les rayons Ultra-violets du soleil et une substance photosensibilisante laquelle réagit suite à une exposition solaire. La maladie se manifeste notamment sur la peau à cause de  son exposition naturelle au soleil. En effet, la peau devient sensible et réagit d’une façon anormale à une exposition solaire à la suite des prises de substances photosensibilisantes notamment les breuvages et les substances appliquées sur la peau comme les cosmétiques. Habituellement, ce sont le visage, la nuque, le décolleté, les avant-bras et le dos qui sont affectés par la maladie, mais les zones touchées seront plus étendues pour les personnes en tenue de plage. La photosensibilisation est souvent difficile à détecter surtout en période ensoleillée puisque ses manifestations peuvent se confondre avec le coup de soleil classique.

Les différents types de photosensibilisation

Il existe deux types de réactions de photosensibilisation à savoir le Phototoxicité et la Photoallergie. La phototoxicité est causée principalement par les réactions chimiques de la médication consommée ou des substances appliquées localement. Sous l’activation du rayon solaire, la maladie ne demande que quelques heures pour se manifester. Les substances photosensibilisants qui peuvent être à l’origine de la maladie sont nombreuses. On peut citer entre autres les antibiotiques pris par voie générale ou en application locale, certains anti-inflammatoires, certains placebos antidépresseurs et certains parfums, déodorants et savons antiseptiques.

La photoallergie quant à elle est une réaction immunologique. D’une manière générale, elle n’apparaît que 48 heures après le début de l’exposition au soleil. Ce deuxième type de photosensibilisation ne s’observe que très rarement et ne touche que certaines personnes prédisposées.

Les manifestations de la photosensibilisation

Les manifestations de la photosensibilisation varient en fonction du type de la maladie. Ainsi, pour la photoxicité, l’affection se traduit par une réaction cutanée intense et douloureuse, parfois accompagnée des bulles, mais elle n’est pas associée à des démangeaisons. L’affection concerne toutes les parties exposées au soleil dans le cas où le remède photosensibilisant est pris par voie orale ou par injection. Cependant lorsqu’il s’agit d’une substance ou d’un breuvage à application locale comme la pommade ou la crème, la manifestation se situe uniquement dans la partie où la médication est appliquée. L’ampleur de la maladie dépend de la quantité de succédané pris et aussi de l’intensité de l’exposition au soleil. Toutefois, la réaction disparaît progressivement après l’arrêt du succédané ou de l’exposition solaire.

La photoallergie se manifeste par une éruption cutanée et des vésicules ressemblant à de l’urticaire ou de l’eczéma. Elle est accompagnée de démangeaisons violentes. L’affection se localise aux zones exposées au soleil, mais peut survenir aussi sur les parties protégées du corps. A l’encontre de la phototoxicité, l’ampleur de la réaction photoallergique ne dépend pas de la thérapeutique, la disparition des symptômes est très lente et la maladie peut réapparaitre à n’importe quel moment.

Prévenir la photosensibilisation

La meilleure manière pour éviter la photosensibilisation est l’arrêt de la thérapeutique ou de la substance en cause. Toutefois lorsque l’agent photosensibilisant n’est pas identifié ou lorsqu’il s’agit d’une panacée de survie, la solution est de réduire l’exposition solaire.

 

 

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0 (from 0 votes)
  • Séminaire à Montréal: 8, 9 et 10 Septembre 2017 12 mars 2017
    Après Agadir au Maroc et Bath en Angleterre, rendez vous les 8, 9, et 10 septembre 2017 à Montréal  ! Nous serons accueilli au sein de l’université de Québec (UQAM) Comme d’habitude, ce séminaire clinique, sera projeté sur grand écran avec un jeu de plusieurs caméras, permettant aux participants de voir en direct le Dr. Broussalian […]
  • Le langage du Répertoire 7 mars 2017
    Avec la sortie du répertoire, voici le bon moment pour vous de lire ou relire cet article de Kent sur le sujet. En résumé, je vous extrais cette phrase que mes étudiants ont maintes fois entendue. « L’utilisation mécanique du Répertoire ne mène jamais à une prescription artistique ni à des résultats remarquables ». Le langage du Répertoire […]
Copyright © 2012-2014 Guide Homéopathique - Tous droits réservés