Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Panaris

Le panaris fait partie des maladies des orteils et des doigts. Il s’agit d’une maladie bactérienne due à des streptocoques ou des staphylocoques. L’affection a pu prendre sa source suite à des ongles rongés, une peau d’orteil ou de doigt mal arrachée, une morsure, une piqûre, ou une blessure. Généralement, il siège entre la peau et les ongles. Avec la présence de pus, il est parfois confondu avec un abcès classique.

Les types de panaris

Deux catégories de panaris existent, à savoir la pathologie extérieure et l’affection intérieure. Il se manifeste en extérieur lorsqu’il est à son stade initial. Il s’agit d’une maladie bénigne. La maladie se trouve aux abords ou au niveau de la chair. Une négligence, un mal traitement ou une complication de la forme extérieure amène la maladie à atteindre les articulations, notamment les ligaments et les tendons, dans ce cas on parle de panaris intérieur. Ici, ce sont surtout les ligaments des orteils ou des doigts qui sont atteints. Ce cas avancé doit être pris en charge en urgence sinon il est possible qu’il s’aggrave encore plus et affecte le membre en entier. Cette forme généralisée s’appelle septicémie. Il est de rigueur de s’occuper du panaris dès son apparition, raison pour laquelle il importe de connaître les symptômes.

A quoi reconnaît-on un panaris ?

L’inflammation de l’orteil ou du doigt, associée à une rougeur où à une enflure sont les premiers signes d’un panaris extérieur. Une douleur pulsatile, intense, torturante, voire insupportable, se fait ressentir. Ce mal entraîne souvent l’insomnie, l’état fébrile et la fièvre chez les patients. Des pus naissent et s’accumulent à l’intérieur de la partie rouge qui se gonfle. Si l’inflammation continue toujours sur une certaine durée et la douleur devient de plus en plus vive et profonde, l’affection s’est transformée en panaris intérieur. Ce type est bien confirmé lorsque les orteils ou les doigts ont des difficultés à s’incliner et à faire des mouvements de flexion.

Traitement homéopathique du panaris

Il convient de soigner et de traiter immédiatement le panaris, sans attendre, et cela, dès son apparition. Un traitement d’attaque s’impose. Le remède homéopathique indiqué est le Hepar Sulfuris Calcareum qu’on nomme tout simplement aussi par Hepar Sulfur. Il s’agit d’une souche obtenue par le calcaire d’huître et la fleur de soufre bien purifiée. Hepar Sulfur est efficace pour assécher le pus. La fréquence de prise ainsi que la dose doivent provenir d’une prescription d’un médecin homéopathe, ou du moins de l’avis d’un professionnel de la santé. A titre indicatif, une dose à haute dilution est à prendre toutes les 12 heures. L’efficacité de Hepar Sulfuris Calcareum est d’autant plus importante lorsqu’il est associé à certains remèdes tels que Myristica sebifera et Belladona. Myristica sebifera 15 CH, en 5 granules, toutes les 6 heures durant 5 jours favorisent la guérison avec Hepar Sulfur. Une dose composée de 5 granules, à ingurgiter toutes les heures, pour Belladona, est recommandée. Il convient de modifier la dilution selon l’avancée de l’état du patient. Une dose unique de Hepar Sulfur 9 CH est indiquée le premier jour lorsque l’abcès est purulent. Le second jour, il faut changer la dilution à 15 CH avec toujours une prise unique. Le troisième jour, et cela jusqu’à guérison totale, il faut une prise de 30 CH. Avant de procéder à toute incision pour enlever le pus, il est recommandé de consommer Hepar Sulfur 5 ou 4 CH en deux fois par jour. Cette dilution favorise la maturation de l’abcès. Pour les stades avancés, il faut associer Pyrogenium 9 CH avec Hepar Sulfur entre 15 et 30 CH. Espacer les deux médicaments d’une heure au moins. Si le médecin préconise le traitement par antibiothérapie, Tarentula cubensis optimisera l’effet de l’antibiotique.

La combinaison de trois remèdes homéopathiques fixera rapidement l’ostéoporose. Le dimanche, il convient d’ingurgiter Natrum Muriaticum à dilution 9 CH. Au coucher, ne pas oublier Symphytum 5 CH. En se réveillant le matin, la première action qui doit devenir une habitude quotidienne durant un certain temps serait de consommer Silicea 7 CH.

 

 

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0 (from 0 votes)
  • Cadmium Sulfuratum et les sels de cadmium 22 décembre 2016
    Voici un excellent exposé du docteur Ravalard, presenté lors du séminaire de Vannes, sur Cadmium Sulfuratum et les sels de cadmium Pourquoi le Cadmium?   De nombreux patients cancéreux viennent chercher de l’aide chez les homéopathes.   Que répondre à leurs demandes, comment gérer leurs situations? D’où ma lecture de nos anciens sur le sujet […]
  • Sortie du Répertoire 8 décembre 2016
    Ouvrage indispensable, voila la version 2017, enrichie, et éditée par Edouard Broussalian du répertoire homéopathique de Kent Une version inédite, en couleur, avec les valorisations relatives et générales ! Vous pouvez le retrouver dans l’e-boutique ici Cette 5ème édition est l’aboutissement de nombreuses années de réflexion sur le répertoire et les données issues de sa […]
Copyright © 2012-2014 Guide Homéopathique - Tous droits réservés