Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Le diabète est un trouble du système de stabilisation de la glycémie. C’est une pathologie chronique qui se manifeste lorsque le pancréas n’arrive plus à produire de manière suffisante l’insuline, l’hormone qui assure la régulation de la quantité du sucre dans le sang. Elle survient également lorsque l’organisme n’utilise plus à bon escient l’insuline qu’il fabrique. On discerne trois principaux types de diabète, le diabète de type 1 ou diabète juvénile, le diabète de type 2 ou diabète de la maturité et le diabète gestationnel.  Toutefois, il existe aussi un autre type de diabète dénommé le diabète insipide.

Le diabète est une pathologie incurable qui touche environ plus de 350 millions de personnes de par le monde. Il peut inciter l’apparition d’autres pathologies plus grave telles les maladies cardiaques, l’impuissance ou encore la cécité. Elle peut se compliquer de façon très rapide, mais avec les formules homéopathiques disponibles, il est possible de la maîtriser. L’homéopathie promet en effet des soins naturels, appropriés pour minimiser les douleurs liées à cette pathologie.

Les types et les causes de diabète

Le diabète de type 1, dit diabète insulinodépendant est lié au manque de production d’insuline par le pancréas. La cause exacte de la prolifération de cette maladie reste encore inconnue, mais une attaque virale ou une attaque toxique entrainerait l’obstruction des cellules du pancréas, incitant son incapacité à fabriquer l’insuline. Certaines personnes seraient prédisposées à la pathologie, par leur hérédité. Cette forme de diabète touche particulièrement les petits enfants et les adolescents, bien que des cas de diabète insulinodépendant soient aussi rencontrés chez les adultes. Selon les statistiques, 10 % des diabétiques sont atteints par ce type 1.

La résistance de l’organisme face à l’insuline serait la cause de développement du diabète de type 2, appelé aussi diabète non insulinodépendant. Il peut aussi être généré par des facteurs génétiques et d’autres facteurs externes tels qu’une mauvaise alimentation. En général, cette anomalie se présente chez les adultes de plus de 45 ans. Environ 90% des diabétiques sont atteints de ce type 2. C’est, en grande partie, la conséquence de la sédentarité et de l’obésité.

Le diabète gestationnel appelé aussi diabète bronzé ou encore diabète de grossesse ne se manifeste qu’au temps d’une grossesse. En cette période, les besoins en insuline des futures mamans sont multipliés par deux, voire par trois. Ce processus ajouté à l’accroissement continuel de la conception d’hormone anti-insuline durant la grossesse,  atténuent amplement l’action de l’insuline sur l’organisme. 4% de futures mamans sont atteintes du diabète gestationnel.  Ce symptôme disparait aussitôt après l’accouchement.

Les symptômes de diabète

Les signes révélateurs de diabète chez un sujet sont fonctions du type de la pathologie. Pour le type 1, les symptômes se présentent par l’émission  d’une quantité excessive d’urine, soif excessive, faim indéfectible, amaigrissement, grande fatigue et  dégradation de la vision. Les personnes ayant le diabète de type 2 présente, en général, les mêmes symptômes que ceux du type 1. La différence c’est qu’avec le diabète de type 2, les symptômes peuvent apparaitre de façon lente et progressive. Il peut, en conséquence, passer inaperçu pendant plusieurs années.

La Dermite séborrhéique fait partie des infections de la peau les plus courantes. C’est une dermatose inflammatoire qui touche 3 à 5% de la population mondiale. Le visage, principalement sur le sillon naso-grénien, les ailes du nez, les sourcils, les conduits auditifs externes et le cuir chevelu  sont les zones de prédilection de la dermite séborrhéique. Pourtant, la dermite séborrhéique peut aussi être visible sur la partie préthoracique, sur le dos, sur les plis, sur les organes génitaux et les autres zones concentrées de glandes sébacées.

La pathologie se manifeste par l’éruption de plaques de couleurs rouge vif, couvertes de squames jaunâtres et grasses. Les plaques sont quelquefois suintantes et purulentes. La poussée de ces plaques est toujours très désagréable et insupportable, elle est généralement accompagnée d’importantes démangeaisons.

On peut rencontrer des cas de Dermite séborrhéique tant chez l’adulte que chez le nourrisson au-dessous de trois mois. Chez l’adulte, la Dermite séborrhéique apparaît en moyenne entre 20 à  40 ans. À cette catégorie d’âge, ce sont les hommes qui sont les plus vulnérables.  C’est une maladie d’origine inflammatoire et d’origine multiple. Elle n’est pas contagieuse, mais peut entrainer d’autres pathologies graves si le patient néglige son traitement. Les traitements homéopathiques, avec ces multiples vertus, sont particulièrement efficaces pour diminuer la poussée de dermite séborrhéique.  Ces remèdes naturels peuvent également empêcher certaines complications qui peuvent être liées à cette pathologie.

Les causes de la Dermite séborrhéique

La cause de la pathologie est encore mal connue, comme la majorité des cas d’affections de la peau. Cependant, après des études récentes, les spécialistes affirment qu’un champignon microscopique dénommé Pityrosporon ovale jouerait un rôle non négligeable dans l’apparition de la  dermite séborrhéique. Un phénomène d’hyperséborrhée et la présence d’une déficience immunitaire représenteraient aussi une hypothèse probable pour expliquer la prolifération de la dermite séborrhéique. Le stress et l’anxiété auraient également sa part de responsabilité dans l’apparition de cette dermatose.   L’usage abusif des crèmes de soins inadaptées et le port des vêtements suffoquant évitant la respiration normale de la peau favoriseraient de même l’arrivée des symptômes.

Les symptômes de la Dermite séborrhéique

Chez l’adulte, la Dermite séborrhéique est caractérisée par la présence de plaques rouges tapissées de squames sur les zones contaminées. Dans la plupart de cas, ces symptômes sont accompagnés de démangeaison, d’irritation et de brûlure.

La Dermite séborrhéique peut également apparaître chez les nourrissons et chez les petits enfants. Pour cette catégorie d’âge, les symptômes se présentent de façon identique comme ceux des adultes. On distingue dans sa phase éruptive des plaques rouges irritées, cette phase est suivie par un suintement et une importante desquamation. Les enfants souffrants de la Dermite séborrhéique sont majoritairement des enfants eczémateux.

Atténuer les symptômes de la Dermite séborrhéique avec l’homéopathie

Jusqu’à ce jour, aucun traitement ne permet de soigner d’une manière définitive la Dermite séborrhéique. Pour ce type de dermatose, le traitement consiste donc à radier les signes de la pathologie. Les différentes armes thérapeutiques proposées par l’homéopathie permettent de minimiser les douleurs, de diminuer la poussée et éventuellement d’adoucir et hydrater la zone affectée.

 

 

La dépression est une maladie qui se manifeste particulièrement par une grande tristesse, une perte de motivation, un sentiment de désespoir et une impression de ne pas avoir de valeur en tant qu’être humain. Dans le monde médical, le terme dépression majeur désigne tout à fait cette pathologie. Généralement, la dépression apparait sous forme de périodes dépressives qui peuvent aller jusqu’à deux semaines et même plusieurs années. Sa durée dépend de l’intensité des symptômes et où il existe trois types de dépression à savoir la dépression légère, la dépression modérée et la dépression grave. Pour les cas les plus graves, la dépression mène au suicide. Ainsi, la dépression simule le comportement, les pensées, l’humeur, mais également les fonctions organiques. Ce qui démontre qu’un individu souffrant de dépression soit plus vulnérable aux autres infections et aux rhumes, car son système immunitaire est affaibli.

Dépression et symptômes

La dépression connait plusieurs symptômes. Si des symptômes persistent depuis déjà deux semaines, il est impératif de consulter un médecin dans les plus brefs délais. Ainsi, les symptômes d’une dépression s’affichent comme une humeur triste et on se sent démoralisé et malheureux, une diminution marquée du plaisir et de l’intérêt pour à peu près toutes les activités, un sentiment de culpabilité exagérée et de dévaluation, des idées suicidaires ou des pensées morbides, un changement marqué du poids qui s’affiche par un gain ou une perte et un changement de l’appétit, des problèmes de sommeil qui se traduit par un excès de sommeil ou une insomnie,  une grande susceptibilité ou une attitude agressive exceptionnelle, une sensibilité émotionnelle exagérée où un rien provoque des larmes, une perte d’énergie ou une fatigue importante, des problèmes de prise de décision et de concentration, une impression de penser et d’agir au ralenti ou, bien au contraire, une agitation, une baisse de la libido, des maux de tête, des douleurs au dos ou au ventre.

Dépression : les personnes à risque

Personne n’est à l’abri d’une dépression. Ces types de personnes présentent légèrement plus de risque face à la dépression. Ce sont les types de personnes qui ont des antécédents personnels ou familiaux de dépression. Les sujets qui prennent également des médicaments comme les stéroïdes, les corticostéroïdes, les psychostimulants, les anabolisants, la pilule anticonceptionnelle ou les anticonvulsivants. Réellement, les progestatifs présents dans la pilule anticonceptionnelle peuvent contrarier l’humeur. Selon une étude sociologique, les groupes les plus vulnérables face à la dépression sont les femmes, les jeunes, les personnes âgées, les homosexuels et les personnes atteintes d’une maladie chronique.

Homéopathie et dépression

La dépression est un moment difficile à maîtriser et à guérir. En effet, l’homéopathie présente des remèdes contre les symptômes de la dépression. 5 granules d’Ignatia 9 CH après repas et trois fois par jour est un remède contre la dépression légère. Pour lutter contre la perte de mémoire et pour diminuer un surmenage, il est indiqué de prendre 5 granules de Kalium phosphoricum 9 CH. Dans le cas d’une anxiété, il faut prendre 5 granules d’Arsenicum album pour une fréquence de trois fois par jour après le repas. Metallicum 9 CH est un remède adapté pour lutter contre le sentiment d’échec permanent et pour avoir confiance en soi, avec une prise de 5 granules à raison de trois fois par jour. 5 granules d’Ignatia 9 CH pour une fréquence de trois fois par jour est efficace pour atténuer les crises d’hystérie. Pour les sujets souffrant d’une grande soif et d’un amaigrissement, Natrum muriaticum est vivement conseillé.

 

Le délire peut se définir comme étant une perturbation temporaire des capacités mentales. La  personne atteinte de cette maladie se monte une image personnelle qui  est tout à fait irréelle. Le délire érotomaniaque se caractérise chez un sujet qui pense être aimé et qui prend ses envies et désirs pour des faits réels. Ici, le désir est traduit par un excès d’appétit sexuel. Dans des cas, chez les femmes, l’objet du délire pourrait être une personne d’une classe sociale supérieure tels un supérieur hiérarchique ou un médecin. Le délire aigu est un déséquilibre mental ou une forme d’aliénation. Le délire vient avec  une agitation extrême et une éminence de la température. En fait, le délire chronique s’observe pendant la psychose hallucinatoire chronique.

Le délire est une perturbation globale qui est réversible, aiguë et chronique du fonctionnement de la pensée. Pour une pathologie, le délire se singularise par une croyance basée sur une fausse information ou une information incomplète telle que les autres effets de perception, l’illusion et tant d’autres facteurs encore. D’habitude, les délires apparaissent comme une maladie neurologique ou une maladie mentale. Toutefois, le délire est d’une importance particulière en termes de diagnostic des troubles comme la dépression psychotique, les épisodes du trouble bipolaire, la paraphrénie et la schizophrénie.

Les causes du délire

Le délire est, dans un cas général, provoqué par une maladie mentale ou physique et il est souvent temporaire et réversible. Plusieurs troubles provoquent le délire à savoir les conditions qui dépossèdent le cerveau d’oxygène ou encore autres substances. Les causes qui affirment le délire sont l’effet de l’alcool ou le retrait du médicament sédatif, l’abus de drogue, la chirurgie, les poisons, les infections dues aux mauvaises hygiènes des voies urinaires ou également une pneumonie.  En effet, le délire est une confusion soudaine grave se manifestant par des changements rapides dans les fonctions cérébrales et qui arrivent avec une maladie mentale ou physique.

Remèdes homéopathiques et délire

Le délire est un trouble psychique qui se caractérise par la perte du sens de la réalité. Bien que les médecins recommandent la consultation d’un psychiatre, l’homéopathie est un traitement efficace pour remédier à cette pathologie. 5 granules de Belladonna 15 à 30 CH environ tous les quarts d’heure sont recommandés pour traiter la fièvre suivie de délire. Dans le cas où les délires s’accompagnent de coups ou de violence, il faut prendre 3 granules de Belladona 9 CH pour une fréquence de trois fois par jour. Si le patient est perçu comme enragé, pleure et hurle, le Cantharis 9 CH calme ces symptômes. Il lui faut juste prendre 3 granules pour trois fois par jours. Dans le cas où le malade présente un délire lié à la peur, il faut lui donner 5 granules de Cuprum metallicum 15 CH pour une prise quotidienne. Si le délirant sent comme une présence dans son lit lorsqu’il dort, 3 granules de Petroleum 9 CH est à prendre toutes les heures. Pour le patient qui présente un symptôme de délire calme, 3 granules de Phosphoricum acidum 9 CH pour une prise de deux fois par jour est conseillé. Pour le délire à humeur changeante et suivi d’une paranoïa, Hyoscyamus niger à dilution 15 CH est fortement recommandé.

Une personne souffre d’une décalcification lorsque ses os et ses dents perdent du calcium et s’érodent. La décalcification est souvent constatée chez les personnes âgées, à cause de la vieillesse naturelle. Cependant, ce processus peut se produire chez des sujets de tout âge avec un régime alimentaire faible en calcium. Pour le cas des os, la décalcification est synonyme de dangers permanents. En effet, la décalcification touche plus particulièrement les os, notamment les dents. Ainsi, la décalcification est une perte de calcium dans les os et où ces derniers s’exposent au développement de l’abcès et aux fractures. Une décalcification peut également provoquer l’ostéoporose. Si le traitement de la décalcification se fait assez tôt, la pathologie n’est pas irrévocable.  Ainsi, les femmes sont plus susceptibles d’avoir une déficience en calcium que les hommes, et ce, bien avant le début de la vieillesse. Les enfants en âge de croissance peuvent également  rencontrer des problèmes de décalcification osseuse, notamment dans les pays en voie de développement.

Les causes et les symptômes de la décalcification

Les origines de l’ostéoporose ne sont pas totalement connues. Néanmoins,  une décalcification se produit lorsque l’os commence à perdre de sa masse osseuse. Notons que tous les os du corps humain sont principalement faits de calcium. Ainsi, la décalcification peut survenir et être liée à la suite de diverses maladies, entre autres, les déficiences en silice, en calcium, en magnésium et en phosphore. En effet, la décalcification peut également être causée par une mauvaise fixation du calcium. Cela pourrait être alors lié à une carence en vitamine D. En fait, la vitamine D permet une bonne absorption de la silice et du calcium. Elle touche particulièrement les os et subsidiairement les phanères c’est-à-dire les ongles, les cheveux et les dents, avec une perte de calcium au niveau des os, une déficience en vitamines D au moment de la croissance ou lors de la ménopause ou ostéoporose et concerne également les fractures et autres troubles  endocriniens. Le diabète et la tuberculose peuvent également être des maladies sous jacente de la décalcification.

La décalcification est une maladie jugée grave et requiert des soins médicaux vigilants. En plus d’un traitement médical, il est tout à fait possible d’aider le patient dans la mise en place d’un régime approprié à base de céréales telles que le blé, le seigle, le sarrasin ou le soja ou bien à partir d’une phytothérapie riche en silice comme le pulmonaire, la Laîche de sable, le Bambou Tabashir, la Renouée des oiseaux, la Prèle ou le Galeopsis. Cependant, l’ostéoporose se déclenche de manière graduelle et ne présente aucun signe apparent. Ainsi, une fois que la décalcification affecte les os, il est donc question de douleurs de dos, ce qui pourrait être causé par des vertèbres rompues. Les symptômes de la décalcification se caractérisent non seulement par  des douleurs au niveau du dos, mais également par des déformations, des fractures ou encore par la perte de la taille. Malencontreusement, dans le cas où ces signes deviennent évidents, la décalcification ou l’ostéoporose est à une étape importante.

 

Homéopathie et décalcification

La décalcification est un fait qui peut survenir chez n’importe qui et cela, à tout âge. En effet, les vertus de l’homéopathie peuvent guérir la décalcification. Dans le cas d’une décalcification, il est recommandé d’utiliser Natrum muriaticum ou Fluoricum acidum ou encore Silicea en 4 CH à raison d’une fréquence de trois fois par jour. Il faut également surveiller l’alimentation avec Fluor Oligosol pour une prise de deux fois par jour et ce, par voir sublinguale. Sinon, pour d’autres variantes de la décalcification, il est bon de prendre au réveil 5 granules de Silicea 7 CH et au coucher Symphytum 5 CH. Pour renforcer sa calcification, il est conseillé de prendre tous les dimanches une dose de Calcarea 9 CH pendant deux mois.

La dacryocystite est une irritation d’origine infectieuse du sac lacrymal. L’on parle de dacryocystite lors d’un dysfonctionnement des voies lacrymales tenant d’une sténose.  On rencontre ce type de pathologie chez un sujet âgé de plus de 60 ans et également chez le nouveau-né. Pour les personnes âgées, il est question d’un vieillissement des voies lacrymales suivi d’une diminution de la perméabilité des canaux qui mène à l’arrêt de l’élimination des larmes. La dacryocystite se caractérise par un larmoiement continu qui équivaut à celui d’un rhume. Cette  baisse du flux de larmes provoque un grand risque d’infection. Dans la première phase d’infection, la pathologie se manifeste par des larmoiements caractéristiques. Quand l’infection est plus avancée, une tuméfaction rouge et douloureuse apparait à l’angle interne de l’œil. Cette enflure entraine un flux de pus qui sort par les points lacrymaux lors d’une pression locale. Une intervention chirurgicale n’est pas à exclure chez une personne atteinte de cette maladie.

Les symptômes de la dacryocystite

Le premier signe de la dacryocystite est le larmoiement continu. Quand l’infection prend place, le sujet perçoit des douleurs assommantes suivies d’une fièvre modérée. Il se forme parfois un abcès dans le cas où la pyorrhée devient blanchâtre tout en affaiblissant la tuméfaction. Notez qu’il existe deux formes de dacryocystite. Dans un cas plus aigu, l’on remarque une enflure rouge du conduit lacrymo-nasal, qui est chaude et douloureuse et vient avec un larmoiement. Dans le cas où la personne souffre d’une dacryocystite chronique, on constate un petit kyste indolent dénommé mucocèle, qui  se forme sur le canal lacrymal, mis à part le larmoiement. Ce petit kyste renferme du mucus qui sort par le canal lacrymal à partir d’une pression du doigt.

À quel stade faut-il aviser un médecin ?

Une personne qui perçoit des picotements aux yeux ou qui ressent une fatigue oculaire doit impérativement consulter un ophtalmologue. C’est la seule personne capable de parfaitement diagnostiquer une dacryocystite. Pour savoir si un nourrisson est atteint de la dacryocystite ou non, il suffit de mettre tour à tour un mouchoir sur l’un des yeux. Dans le cas d’un pleur systématique, cela signifie qu’il a des difficultés à voir par un seul œil. Dans ce cas, un pédiatre est ainsi d’une grande nécessité afin de prévenir de l’état de santé du nourrisson et pour un diagnostic précis. Il est également possible d’envisager des traitements homéopathiques pour soulager la dacryocystite, sinon consulter, un médecin spécialiste est vivement conseillé.

Homéopathie et dacryocystite

La dacryocystite est une inflammation de l’œil et qui affecte tant les adultes que les nouveau-nés. La pathologie se manifeste par une inflammation plus ou moins douloureuse du canal lacrymo-nasal. Vous saurez que cette pathologie peut être traitée par les vertus homéopathiques. Généralement, la médication d’une dacryocystite est à base d’antibiotiques. Étant une pathologie par lequel le symptôme principal se caractérise par un larmoiement, Calendula Officinalis  à dilution 3 DH est le remède adéquat. Pour stopper la prolifération des bactéries et afin de combattre l’infection sanieuse, 5 granules de Calcarea Sulfurica 4 ou 5 CH à raison de trois fois par jour sont vivement indiqués. Dans le cas d’une dacryocystite récidivante, une dose par semaine de Straphysagria 15 à 30 CH est à prendre durant 3 mois.

 

On parle de constipation quand les produits de désassimilation ou les selles sont durs et secs, exigeant beaucoup d’effort pour s’évacuer. L’expulsion de ces déchets n’est pas seulement difficile, mais elle peut être aussi très douloureuse. La constipation peut être occasionnelle ou chronique. La constipation occasionnelle appelée aussi constipation passagère est généralement causée par des événements ponctuels particuliers tels qu’un voyage à l’étranger, une  grossesse, un stress émotionnel ou une mauvaise alimentation. Ce type de constipation ne se manifeste que quelques semaines.  Par ailleurs, c’est une constipation chronique quand la gêne dure jusqu’à plus de 6 mois.

Les femmes sont les plus concernées par les problèmes de constipation. Les personnes âgées sont également sujettes  aux troubles de constipation. Ces troubles prennent de l’ampleur à partir de 65 ans. À cet âge, elle touche autant les femmes que les hommes. Des rares cas de constipation sont aussi enregistrés chez les enfants avec un taux plus élevé vers l’âge de 4 ans.

En général, la constipation est sans danger, mais elle pourrait annoncer la présence d’une autre affection chez le sujet concerné. En cas de constipation, un bon nombre de patients choisit de faire appel à l’homéopathie. Ce remède naturel peut certainement apporter sa part dans la guérison d’une personne assujettie à ce type de trouble.

Les causes de la constipation

Les troubles de constipation peuvent être d’origine et de causes différentes. Une constipation chronique est principalement générée par la consommation d’une nourriture non équilibrée, par la présence d’une autre pathologie ou encore la routine de toujours retarder le besoin de se rendre aux toilettes. Une alimentation à pauvre teneur en fibre et le manque d’apport en eau sont également responsables des crises de constipation chronique.  D’autres facteurs tels qu’une occlusion intestinale, une hypothyroïdie, une insuffisance rénale chronique ou autres pathologies peuvent aussi déclencher ces troubles.

Par ailleurs, une constipation occasionnelle peut être provoquée par une des causes occasionnelles, comme son nom l’indique. Elle peut relever d’une insuffisance d’exercices physiques, à l’absorption coutumière de laxatifs, à la grossesse ou encore la prise de certains traitements médicamenteux tels que les antidépresseurs ou les anticholinérgiques ou encore les antidouleurs.

 

Les symptômes de la constipation

Les selles dures, peu fréquentes et peu abondantes sont les principaux signes annonciateurs de la constipation.  Divers troubles intestinaux tels que des douleurs au ventre, ballonnements souvent accompagnés par des bruits de grondonnement, contractions abdominales ou hémorroïdes accompagnent également les crises de constipation. Ces troubles sont parfois accompagnés d’indigestions, d’une perte d’appétit et en quelques occasions, on peut même noter un saignement suscité par l’effort.

La constipation peut provoquer certaines complications. Les dures et volumineuses selles entraineraient une douloureuse déchirure au niveau de l’anus. Les selles difficilement évacuables augmentent le risque d’un prolapsus rectal.

Les traitements homéopathiques proposés pour lutter contre la constipation

La constipation peut se soigner avec les remèdes homéopathiques.  En effet, avec ces traitements naturels, l’homéopathie agit positivement et peut amplement traiter d’une manière efficace la constipation. Il est, par exemple, recommandé de prendre du Bryonia alba 5 H à raison de trois fois par jour en cas de selles grosses, sèches et dures. D’autres traitements homéopathiques tels que les Lycopodium 4 H, Graphites 5 H et Thuya 9 H sont aussi efficaces pour traiter la constipation.

En général, la cervicalgie se définit comme une douleur de la partie haute de la colonne vertébrale. C’est-à-dire au niveau des vertèbres cervicales. Quant au torticolis, il est désigné par une contracture musculaire douloureuse du cou, d’origine traumatique ou inflammatoire. Si cervicalgie et torticolis peuvent se confondre par rapport aux douleurs ressenties dans le cou, la différence est assez nette. Le torticolis touche principalement le gros muscle du cou, le sterno-cléido-mastoïdien. De manière générale, il se manifeste par un spasme musculaire douloureux du cou. Selon les caractéristiques, on distingue le torticolis aigu ou accidentel ou le torticolis chronique.

Symptômes caractéristiques de la cervicalgie (torticolis)

Le torticolis aigu présente la caractéristique d’une douleur brutale qui empêche la plupart des mouvements du cou. Le sujet ressent une contracture au niveau d’un côté de la région cervicale et la position vicieuse de la tête. Selon le type de torticolis, d’autres symptômes peuvent se manifester. Des douleurs et une raideur de la nuque sont ressenties pour le torticolis. Le torticolis spasmodique pour sa part apparaît soudainement sans cause apparente, mais toujours accompagné d’une douleur à la nuque. La tête de l’individu s’incline du côté du spasme et tournée du côté opposé à la contracture. Le torticolis symptomatique quant à lui, révèle en quelque sorte une maladie ou une infection couvée par la personne. Il apparaît donc comme révélateur d’une maladie sous-jacente. Le torticolis chronique comme l’indique son nom se répète souvent. Dans tous les cas, la cervicalgie (torticolis) ne dure que quelques jours.

 

Les causes de la cervicalgie (torticolis)

Pour le torticolis aigu par exemple, il peut survenir le matin au réveil de l’individu. Une même posture prolongée pendant le sommeil  de l’individu est donc une cause apparente. Elle peut être due à l’utilisation d’un oreiller qui ne s’accommode pas à l’individu. Les mêmes gestes qui se répètent quotidiennement au travail ou dans une activité quelconque également constituent une cause importante. C’est le cas des personnes travaillant sur ordinateurs ou  qui utilisent régulièrement les mêmes appareils et adoptent les mêmes positions.

Les mouvements brusques peuvent aussi être une cause précise de la cervicalgie (torticolis). En même temps, les maladies non traitées comme les maladies des nerfs et des vertèbres cervicaux peuvent aussi engendrer le torticolis.

Traitement homéopathique de la cervicalgie (torticolis)

Traiter la cervicalgie (torticolis) par l’homéopathie est un remède doux et naturel. Le Lachnantes et Bryonia sont appropriés pour traiter les faux mouvements. À cela, l’homéopathie suggère aussi le rajout de l’Arnica. L’Aconit et le Rhus toxicodendron traitent le torticolis attrapé par le froid et l’humidité. Au cas où la cervicalgie (torticolis) s’attrape lors des mauvaises positions accompagnées d’une raideur musculaire, l’Actea racemosa serait un bon traitement. On associe le Rhus toxicodendron 9 CH avec Actaea racemosa 9 CH et Lachnantes 5 CH.  Le traitement est la suivante : on prend 3 granules de chaque remède. La posologie est de 3 fois par jour. Si la douleur devient insupportable, le sujet doit avaler 3granules d’Arnica 15 CH. Le remède se prend le matin et le soir pour soulager les symptômes du torticolis.

 

 

 

La cervicite se détermine par une inflammation du col de l’utérus. Ne touchant que la femme, elle est très dangereuse pour le système reproducteur. L’individu ressentira certaines irritations au niveau du col de l’utérus. L’infection se manifeste par des rougeurs, des douleurs, des gonflements et une sensation de chaleur. Elle apparaît par la production d’une muqueuse étrange ou lésée. La cervicite est une infection fréquente touchant plus de la moitié des femmes à un moment donné de sa vie.

 

Les causes de la cervicite

La cervicite est presque toujours d’origine infectieuse due à un parasite, un microbe ou un virus. Généralement, elle peut être contractée au cours d’une relation sexuelle.  Des maladies sexuellement transmissibles comme les chlamydias et la gonorrhée peuvent aussi causer la cervicite. L’attaque des virus tels que les virus de l’herpès génital et le virus du papillome humain constituent aussi une cause apparente. Par ailleurs, la pluralité des partenaires sexuels peut aussi entraîner la cervicite. Si la personne a contracté des maladies MST qui n’ont pas été bien traitées, cela peut entraîner une cervicite.

Des bactéries comme les staphylocoques et les streptocoques sont les facteurs bactériens les plus courants qui provoquent la cervicite. Par ailleurs, la relation sexuelle non protégée avec une personne atteinte d’une quelconque maladie sexuelle est un risque. Une sorte de démangeaison est ressentie par une personne qui ne supporte pas les substances chimiques. Ces substances sont présentes dans les contraceptifs ou dans les tampons.

Caractères symptomatiques de la cervicite

Étant qu’à partir du moment où l’individu serait atteint de la cervicite, il faut noter la présence des muqueuses anormales. En même temps, les symptômes apparaissent sous la forme des pertes purulentes, malodorantes et parfois, avec la présence de sang. Le sujet ressentira également des démangeaisons très sérieuses et une douleur au niveau du pelvien. L’individu sera fiévreux. Avec le saignement du vagin et les pertes vaginales inhabituelles, l’activité sexuelle peut être très douloureuse. La femme éprouvera une lourdeur du bassin et des gonflements des parois du vagin.

 

Traitement homéopathique de la cervicite

Depuis longtemps, l’homéopathie représente une médecine naturelle très efficace et très sûre. C’est pour cela que faire recours aux traitements naturels ne représente aucun risque pour le malade. Pour traiter la cervicite qui est une infection sur un endroit très fragile du corps féminin, l’homéopathie est rassurante. Le traitement de la cervicite ne doit pas être négligé. Avec l’homéopathie, le traitement s’oriente vers une médecine naturelle plus douce, mais très efficace. L’Argentum nitricum est très recommandé pour le traitement homéopathique de la cervicite. C’est un traitement qui est à base de nitrate d’argent qui est sous forme de granules. L’individu atteint de la cervicite doit prendre 5 granules quotidiennes de 9 à 30CH pendant 3mois. Le traitement avec l’Erigeron Canadensis est aussi efficace pour traiter la cervicite. Ce remède est constitué par des plantes astéracéenne, dont les polyines et les polyènes. Ces produits ont des vertus anti-inflammatoires. La posologie est d’une seule fois par jour par une dose unique de 15 CH.

 

 

La conjonctivite est une pathologie oculaire qui se manifeste par  l’inflammation de la membrane recouvrant la zone blanche de l’œil.  C’est donc l’inflammation de la membrane conjonctive qui peut toucher toutes personnes, de toute catégorie d’âge. La conjonctivite est une maladie bénigne, mais qui peut être très dangereuse. La négligence des traitements peut provoquer de graves lésions et peut même conduire à la cécité. Il est de ce fait très judicieux de bien la soigner. Il existe de nos jours des traitements homéopathiques efficaces pour soigner la conjonctivite.

Les causes de la conjonctivite

La conjonctivite peut être d’origines et de causes différentes. Les causes principales de la conjonctivite sont les virus et les bactéries. Pourtant, d’autres facteurs tels que la lumière ultraviolet, les diverses substances chimiques, les allergies, les irritants environnementaux peuvent aussi susciter la présence d’une conjonctivite chez une personne.

La conjonctivite virale est générée par l’incursion des virus comme les herpès, les adénovirus, la rougeole ou la varicelle. Ces virus sont extrêmement contagieux et se transmettent avec facilité d’un sujet à l’autre. Elle peut être contractée suite à une baignade à la piscine. Une personne atteinte peut également répandre ces virus en frottant ses yeux ou en se mouchant avec les yeux ouverts.  Ce type de conjonctivite est bilatérale, il est associé à une conjonctivite folliculaire et exceptionnellement d’une kératite. La conjonctivite virale
peut disparaitre une quinzaine de jours après son apparition.

La conjonctivite bactérienne, comme son nom l’indique est incitée par des agents bactériens, par différents germes tels que le  Staphylococcus, le Streptococcus, l’Haemophilus, le pneumocoque et autres encore.  Elle est aussi très contagieuse et se manifeste par des sécrétions purulentes, des paupières douloureuses et enflées qui sont collées chaque matin, au réveil. Ce gonflement diminue au cours de la journée et en position debout.  La personne atteinte d’une conjonctivite bactérienne a une certaine gêne face à la lumière et a toujours une impression de sentir un corps étranger dans l’œil.

La conjonctivite allergique quant à elle n’est pas contagieuse. Ce type de conjonctivite est saisonnier et synchronise à un allergène précis. Dans la majorité des cas, elle est générée par une exposition au pollen de bouleau ou de végétaux.  Le début de la conjonctivite allergique est brutal et elle est bilatérale.  Elle se caractérise par des fréquents éternuements, un larmoiement et un écoulement nasal abondant. Une sensation permanente de présence de corps étranger se présente également.

La conjonctivite peut aussi atteindre certaines personnes assujetties à une pathologie thyroïdienne, à une maladie de la  goutte, de la syphilis et de la tuberculose.

Les symptômes de la conjonctivite

La personne atteinte d’une conjonctivite a, en général, les yeux purulents de couleurs rouge vif. Les yeux souffrants sont d’une sensibilité excessive à la lumière et au vent. Les yeux démangent de manière continuelle et parfois on ressent une forte douleur autour des yeux.

 

Dans la majorité des cas, cette pathologie est accompagnée d’importants éternuements et d’écoulements nasaux. La personne atteinte se plaint maintes fois de fatigues oculaires, des sensations de brûlures et de corps étrangers dans les yeux.

 

 

  • Industrie chimique – Médecine – Crime contre l’humanité 23 mai 2019
    Il n’aura échappé à personne que nous sommes dans la situation de toute minorité opprimée: -pas de droit d’expression -pas de droit de réponse -dénigrement orchestré Mais si nous sommes dans cette situation c’est qu’il existe un oppresseur. Qui aura le courage de le montrer? Un lecteur faisait mine de s’offusquer récemment d’un article que […]
  • LE PHILOSOPHE PHILANTHROPE – 3 – les dérives 6 mai 2019
    Sous forme d’un appendice, nous pouvons maintenant effectuer un rapide tour d’horizon des déformations d’homéopathie les plus en vogue actuellement. Les déformations de l’homéopathie les plus courantes Si seulement il pouvait s’agir ici de la fameuse querelle décrite dans les Voyages de Gulliver, entre les salauds qui ouvrent l’œuf à la coque par le petit […]
Copyright © 2012-2017 Guide Homéopathique - Tous droits réservés