Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Mononucléose infectieuse

La mononucléose encore appelée maladie du baiser est une maladie infectieuse, généralement bénigne et d’origine virale. Elle est liée à l’existence du virus d’Epstein-Barr dans l’organisme et  atteint singulièrement le gosse, l’adolescent et l’adulte. Des maux de gorge et une grande fatigue constituent les caractéristiques spécifiques de cette maladie. Il s’agit d’une maladie pestilentielle se contaminant par la salive donc par des baisers, des échanges d’ustensiles, de la mère à sa progéniture ou encore lors d’un éternuement ou d’une tousse par un sujet contaminé. La mononucléose doit son nom au fait le virus entraine une augmentation en nombre des globules mononucléaires du sang.

Mononucléose infectieuse : les symptômes

Dans la majorité des cas, les manifestations de la mononucléose infectieuse auprès des gamins sont légères qu’il est difficile de les apercevoir. Par ailleurs, ils peuvent être confondus avec d’autres maux de gorge durant la petite enfance. Par contre, chez l’adolescent et le jeune adulte, les signes pronostiques sont beaucoup plus importants. Mais il existe des personnes touchées par le virus sans pour autant présenter des indices. À noter que la mononucléose ne s’attrape qu’une seule fois dans la vie.

La période d’incubation de la mononucléose varie entre 4 à 6 semaines avant l’apparition des marques. La maladie se manifeste essentiellement par un mal de gorge prononcé tel qu’une pharyngite aigüe ou une angine inflammatoire et s’accompagne d’une fièvre allant jusqu’à 40,5°C. Elle peut également entrainer un gonflement des ganglions du cou et des aisselles, une perte d’appétit, un nez bouché, une fatigue extrême, des maux de tête, des douleurs musculaires et des courbatures, une augmentation de la taille de la rate, une conjonctivite ou même une hépatite dans une situation grave. D’une manière générale, les manifestations aigües durent environ 2 ou 3 semaines, mais l’état de fatigue peut se prolonger plusieurs mois.

Traitement de la mononucléose infectieuse

Il n’existe pas de traitement de fond de la mononucléose, c’est une maladie bénigne disparaissant spontanément au bout de quelques semaines. Toutefois, les prodromes doivent être traités à temps afin d’éviter les graves complications. L’homéopathie propose des remèdes permettant le traitement symptomatique de la maladie jusqu’au rétablissement effectif.

Ainsi, il est recommandé de prendre 5 granules de Belladonna 5 CH à raison de trois fois par jour pour faire baisser la fièvre corporelle. Afin d’atténuer progressivement l’état de fatigue, le Mercurius Solubilis 9 CH et le Natrum Muriaticum 9 CH sont les remèdes appropriés. Ils s’administrent à raison de 3 granules de chaque, trois fois par jour jusqu’à ce que la fatigue disparaisse. L’homéopathie peut également traiter les douleurs musculaires par 3 granules de Phytolaca 5 CH trois fois par jour.

En cas d’ulcération des gencives, il est conseillé de faire un bain de bouche avec du Calendula Officinalis TM. Il faut associer le traitement avec 5 granules de Mercurius Corrosivus 4 ou 5 CH à sucer trois fois par jour. Enfin, si la maladie s’aggrave entrainant une hépatite associée à un trouble digestif ou à une jaunisse, 3 granules de Phosphorus 7 CH sont à faire fondre sous la langue trois fois par jour.

Conseils pratiques

Pour se rétablir vite de la mononucléose infectieuse, il est conseillé de boire beaucoup pour éviter la déshydratation, d’adopter un régime alimentaire équilibré pour aider le corps dans la lutte contre le virus, de renoncer aux activités exigeantes comme la levée des objets lourds pour éviter une rupture de la rate, sans oublier  le repos. Bien que  la mononucléose se guérisse d’elle-même, il est toujours conseillé de se faire consulter par un médecin dès les premiers signes afin de préciser les causes exactes des symptômes et d’éviter les complications.

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 4.0/5 (4 votes cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: +1 (from 3 votes)
Mononucléose infectieuse, 4.0 out of 5 based on 4 ratings
  • Cadmium Sulfuratum et les sels de cadmium 22 décembre 2016
    Voici un excellent exposé du docteur Ravalard, presenté lors du séminaire de Vannes, sur Cadmium Sulfuratum et les sels de cadmium Pourquoi le Cadmium?   De nombreux patients cancéreux viennent chercher de l’aide chez les homéopathes.   Que répondre à leurs demandes, comment gérer leurs situations? D’où ma lecture de nos anciens sur le sujet […]
  • Sortie du Répertoire 8 décembre 2016
    Ouvrage indispensable, voila la version 2017, enrichie, et éditée par Edouard Broussalian du répertoire homéopathique de Kent Une version inédite, en couleur, avec les valorisations relatives et générales ! Vous pouvez le retrouver dans l’e-boutique ici Cette 5ème édition est l’aboutissement de nombreuses années de réflexion sur le répertoire et les données issues de sa […]
Copyright © 2012-2014 Guide Homéopathique - Tous droits réservés