Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Ménorragie

Ménorragie et menstruation ne doivent pas être confondues. La première correspond à un trouble gynécologique atteignant de nombreuses femmes, tandis que la seconde n’est qu’un état naturel de l’organisme féminin. Elle consiste en un saignement abondant se manifestant comme les règles, mais lors duquel la personne perd énormément de sang. Ce trouble peut avoir deux causes dont l’une est d’ordre fonctionnel ou l’autre d’ordre organique. On dit qu’elle est fonctionnelle quand c’est la prise d’œstrogène, dont la quantité devient importante dans le corps, qui la provoque. Ce cas est très fréquent chez les adolescentes. L’existence de muqueuse utérine à grande quantité, débordant à la partie externe de l’utérus, mais aussi les fibromes, et les polypes figurent parmi ses causes organiques.

Comment reconnaître une ménorragie ?

Le cycle normal varie de 28 à 32 jours, mais elle peut changer selon la personne. Les symptômes de la ménorragie se manifestent durant les périodes de la menstruation. Lors des règles, l’individu perd énormément de sang, allant jusqu’au double de la quantité normale. La bonne quantité de sang éliminé est aux environs de 40 ml, mais pour une fille ayant ce souci, elle peut aller jusqu’à 80 ml. Un besoin fréquent de changement de serviette hygiénique ou de protection intime s’impose. Il est d’un rouge très vif et la présence de caillots peut être constatée. La durée du flux cataménial n’est plus normale, car il dépasse souvent les 7 jours. La ménorragie peut être dangereuse, elle peut induire une femme à devenir anémique, notamment lorsqu’elle survient sur plusieurs de nombreux cycles menstruels continus. Pour mettre un terme, de manière efficace, à la ménorragie, il importe de connaître ce qui la provoque afin d’administrer le bon traitement à la patiente. Pour un traitement généralisé, le remède soulageant de manière efficace les problèmes gynécologiques, notamment la ménorragie, est Sabina à dilution 5 CH. Il s’agit d’une souche provenant du genévrier sabine. La dose recommandée est de trois granules pour chaque prise. La posologie est de trois prises par jour pour une durée fixée par le médecin homéopathe, médecin traitant, ou du moins le pharmacien.

Le traitement homéopathique de la ménorragie

À défaut de Sabina, Erigeron canadensis et Crocus sativus sont les alternatives. Posologie à voir directement avec un médecin homéopathe ou avec un pharmacien tout au moins.

Pour certaines, elle est accompagnée de douleur articulaire, de douleur dans la partie des yeux, et des maux de tête. Pour ce cas, il est recommandé de prendre une fois par semaine Actea Racemosa 15 CH.

La couleur du saignement peut être très sombre. Dans ce cas, le médicament qui convient est Nux Vomica. La dilution indiquée ici dépend de la teneur de la ménorragie. Elle peut être à 15 CH, 7 CH, ou 5 CH. À noter que Nux Vomica provient des graines du vomiquier.

Avec la perte considérable de sang, la fille peut avoir des sensations de fatigue intense. Pour pallier ce souci, une dose de 3 granules d’Helonias dioïca 5 CH convient. Il est à administrer à la patiente matin et soir, c’est-à-dire juste au réveil et avant de se coucher. Si après un traitement avec Helonias dioïca, aucune évolution positive n’est constatée sur la fatigue ressentie, il est conseillé de prendre Ferrum metallicum 7 CH.

Une personne ayant dans son utérus un stérilet ou un DIU (dispositif intra-utérin) peut devenir une victime de cette pathologie. Le médicament conseillé ici est Cuprum metallicum 15 CH Arnica 7 CH. Cuprum metallicum est à prendre le 1er et le 21e jour des règles, tandis que l’Arnica est à ingurgiter, tout simplement, en dose mensuelle unique.

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 4.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0 (from 0 votes)
Ménorragie , 4.0 out of 5 based on 1 rating
  • Questionnement sur la vaccination 3 avril 2017
    Courageux document écrit par un de nos étudiants, pharmacien, soutenu par de nombreuses références et un film. A lire et à voir. Absolument !
  • Direction de la guérison 26 mars 2017
    Correspondance des organes, et Direction de la guérison Par le Dr. James Tyler Kent. Transactions of the Society of Homoeopathicians, 1911, p 31-33. Traduction littérale par Édouard Broussalian. Réécrit par Camille Genton. Préambule du traducteur. Tous nos lecteurs savent que notre site se consacre à l’approche Hahnemannienne de l’homéopathie, caractérisée par son pragmatisme et fondée […]
Copyright © 2012-2014 Guide Homéopathique - Tous droits réservés