Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Maladie d’osgood schlatter

La maladie d’osgood schlatter est une souffrance de l’insertion basse du tendon rotulien situé au niveau de la tubérosité tibiale antérieure. Son nom provient deux auteurs, l’un anglo-saxon OSGOOD et l’autre allemand SCHLATTER. Ces deux auteurs ont décrit pour la première fois la maladie en 1903. C’est une maladie bénigne qui touche particulièrement les garçons au moment de la puberté. Les enfants sportifs qui pratiquent des sports où les impulsions et la course dominent sont les personnes à risque susceptible d’être atteint par la maladie. Elle concerne principalement les enfants entre 10 et 12 ans et aussi les jeunes adolescents qui pratiquent un sport intense jusqu’à 15 ans.

Néanmoins, la maladie d’osgood schlatter n’est pas une vraie maladie, mais c’est un trouble de l’évolution du cartilage de croissance. Elle est aussi appelée ostéochondrose de croissance. Cette souffrance affecte surtout la partie antérieure du genou située juste au-dessous de la rotule. L’endroit touché par la maladie est appelé tubérosité tibiale antérieure. Il est situé plus exactement au-dessous du genou où le tibia entre en relation avec l’appareil extenseur de la cuisse par l’intermédiaire de la rotule et du tendon rotulien. L’ostéochondrose de croissance peut atteindre un ou bien les deux genoux à la fois. D’habitude, les garçons sont plus concernés que les filles du fait qu’ils pratiquent davantage plus d’activité sportive que les filles.

Causes de la maladie d’osgood schlatter

La maladie d’osgood schlatter est une lésion mécanique du noyau osseux tubérositaire du tibia sur lequel s’insère le tendon du quadriceps. Une traction excessive tendineuse qui survient pendant la période de croissance juste avant le début de l’ossification définitive peut être à l’origine de cette lésion. Le facteur déclenchant est souvent une augmentation de l’activité physique.

Très souvent, un traumatisme est évoqué comme origine de la maladie. Pourtant, un surmenage ou de microtraumatismes répétés d’une zone sensible d’origine sportive  favorise l’apparition de la maladie. Mais elle peut aussi survenir sans aucune sollicitation excessive retrouvée.

Symptômes de la maladie d’osgood schlatter

Une douleur est ressentie au niveau de la partie basse du tendon, à l’endroit où il s’attache sur l’os. Parfois, ces douleurs s’étendent à partir de cette zone vers la rotule ou vers le bas sur le tibia. Lors de la pratique du sport, l’enfant est gêné par des douleurs intenses au point où il est impossible d’effectuer des mouvements de genou. Un retentissement dans la vie courante comme la montée des escaliers, des accroupissements… peuvent aussi se présenter. Parfois même la position à genou est particulièrement pénible surtout s’il existe un appui direct sur la tubérosité tibiale antérieure. Dans la plupart des cas, les deux genoux sont tous atteints. La flexion du genou est très douloureuse, lorsque l’enfant est en appui sur le membre touché.

Un contrôle de la souplesse des muscles situés devant et derrière la cuisse par un médecin est nécessaire, car plus l’enfant est raide, plus la traction sur le tendon rotulien est forte. Dans ce cas-là, des risques de déclenchement ou d’entretien de la maladie peuvent se présenter.

Traitements de la maladie d’osgood schlatter

Le traitement de la maladie d’osgood schlatter dépend des signes cliniques et radiologiques. Généralement, un simple repos de 4 à 6 semaines suffit pour soulager l’enfant. Mais tant que la douleur persiste au niveau du genou en appui et flexion sur une seule jambe, il faut rester prudent. Dans le cas, où la douleur ne se dissipe pas quelques jours, la mise en place d’une attelle qui autorisera l’appui est nécessaire. Cette immobilisation est généralement maintenue pour une durée de 4 à 6 semaines. Une rééducation permettra de récupérer une fonction normale du genou. La reprise du sport est conseillée à partir du 4ème mois.

 

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 1.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0 (from 0 votes)
Maladie d’osgood schlatter, 1.0 out of 5 based on 1 rating
  • Séminaire à Montréal: 8, 9 et 10 Septembre 2017 12 mars 2017
    Après Agadir au Maroc et Bath en Angleterre, rendez vous les 8, 9, et 10 septembre 2017 à Montréal  ! Nous serons accueilli au sein de l’université de Québec (UQAM) Comme d’habitude, ce séminaire clinique, sera projeté sur grand écran avec un jeu de plusieurs caméras, permettant aux participants de voir en direct le Dr. Broussalian […]
  • Le langage du Répertoire 7 mars 2017
    Avec la sortie du répertoire, voici le bon moment pour vous de lire ou relire cet article de Kent sur le sujet. En résumé, je vous extrais cette phrase que mes étudiants ont maintes fois entendue. « L’utilisation mécanique du Répertoire ne mène jamais à une prescription artistique ni à des résultats remarquables ». Le langage du Répertoire […]
Copyright © 2012-2014 Guide Homéopathique - Tous droits réservés