Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Hoquet

Le hoquet est une contraction du diaphragme. Il est provoqué momentanément sans que le muscle respiratoire le veuille. Il ne s’agit pas d’un besoin imminent pour l’organisme. Les crises peuvent être toutefois fréquentes survenant sans cause précise aussi bien pour les petits que les grands. En quelques minutes ou quelques heures, elle disparaît spontanément.

Il s’agit d’une crise qui dure normalement quelques minutes et disparaît soudainement. Toutefois, il se peut qu’une personne puisse souffrir de cette crise durant des heures dans un cas récidivant. Le problème peut subvenir de manière digestive ou neurologique. On peut se référer à l’homéopathie pour traiter ce spasme involontaire.

Il peut aussi y avoir le hoquet récidivant ou persistant. La situation persiste plusieurs heures ou revient de façon périodique et très souvent. Dans ce cas, il importe de consulter un médecin. Celui-ci peut être en mesure d’expliquer s’il y a une maladie sous-jacente à la crise. Des symptômes liés à la maladie sont à remarquer. La personne peut avoir des difficultés à avaler et donc avoir une dysphagie. Les femmes enceintes sont plus susceptibles à rencontrer ce genre de crise.

Les causes du hoquet

 Deux causes possibles peuvent expliquer le hoquet. La première est une cause digestive. C’est l’origine la plus usuelle. Dans la plupart des cas, l’air dans l’estomac ou l’aérogastrie est un déclencheur. Il peut aussi y avoir des reflux gastro-oesophagiens, des lésions dans la partie de l’œsophage ou encore une hernie hiatale. La seconde cause est celle neurologique. Le fait est que des atteintes cérébrales peuvent conduire à un hoquet sans raison particulièrement précise. Les cas les plus fréquents sont les accidents vasculaires cérébraux ou la maladie de Parkinson. Quelques rares situations sont dues à un problème pulmonaire comme la pleurésie ou la bronchite.

Traitement homéopathique du hoquet

Une crise de hoquet bénin ou qui se répète à des intervalles réguliers, l’homéopathie peut intervenir. Les remèdes de bases sont alors le Cyclamen europaeum et le Cuprum. On peut combiner la seconde par de l’Hyosciamus niger ou le Nux vomica pour les crises après le repas. Pour les femmes enceintes, le Cuprum arsenicosum est le traitement recommandé.

Si l’origine du hoquet persistant est connue, le traitement vise à la suppression de l’affection. Mais le plus souvent, le médecin prescrit un traitement relaxant pour les muscles et des anticonvulsivants. La solution homéopathique est le Kali bromatum qui intervient pour arrêter les crises durables et répétitives. Pour des contractions plus difficiles à stopper, le Ranunculus bulbosus est le traitement à atténuer le spasme. Les remèdes doivent être pris en ayant consulté un spécialiste et il est essentiel de suivre le bon dosage.

Le cas d’un nourrisson est spécifique. Chez les bébés, les crises sont gênantes et il faut prendre en charge de manière adéquate. Le Cuprum, l’Hyosciamus ou le Stramonium sont les traitements adéquats. Il se peut que le bébé ait les crises après la tétée, le Teucrium Marum est ce qu’il lui faut alors. Enfin, l’Ignatia amara associé à d’autres remèdes correspond aux spasmes alterner après les bâillements.

Guérir le hoquet

Il existe différentes manières de faire disparaître le hoquet. Boire de l’eau, sucer un glaçon, boire un verre, tirer sur la langue, bloquer la respiration ou d’autres astuces fantaisistes semble être efficace selon la personne. Ce genre de crise spasmodique est en général une contraction bénigne, mais quand elle s’éternise, et ne se dissipe pas de manière naturelle, il est conseillé de consulter un spécialiste et éventuellement un médecin. Dès provocation de brûlures et de douleurs viscérales, la consultation médicale s’impose. La situation peut être à l’origine de différentes pathologies auxquelles il faut remédier.

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0 (from 0 votes)
  • Direction de la guérison 26 mars 2017
    Correspondance des organes, et Direction de la guérison Par le Dr. James Tyler Kent. Transactions of the Society of Homoeopathicians, 1911, p 31-33. Traduction littérale par Édouard Broussalian. Réécrit par Camille Genton. Préambule du traducteur. Tous nos lecteurs savent que notre site se consacre à l’approche Hahnemannienne de l’homéopathie, caractérisée par son pragmatisme et fondée […]
  • Séminaire à Montréal: 8, 9 et 10 Septembre 2017 12 mars 2017
    Après Agadir au Maroc et Bath en Angleterre, rendez vous les 8, 9, et 10 septembre 2017 à Montréal  ! Nous serons accueilli au sein de l’université de Québec (UQAM) Comme d’habitude, ce séminaire clinique, sera projeté sur grand écran avec un jeu de plusieurs caméras, permettant aux participants de voir en direct le Dr. Broussalian […]
Copyright © 2012-2014 Guide Homéopathique - Tous droits réservés