Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Hidrosadénite

Des maladies chroniques peuvent entraîner sur la peau une apparition de nodules et d’abcès. Dans le cas d’une hidrosadénite hidradénite suppuré ou maladie de Verneuil, des secteurs qui ont des glandes sudorales sont les plus susceptibles d’en avoir. Il s’agit notamment des glandes apocrines qu’on retrouve au niveau des aisselles, de l’aine, des fesses ou encore des seins. A un début de phase, des traitements homéopathiques sont recommandés pour prendre soin de ce type de maladie.

Manifestation de l’hidrosadénite

Des lésions nodulaires, douloureuses, et inflammatoires évoluent chez la personne atteinte de l’hidrosadénite. Ces signes peuvent évoluer vers une suppuration et une fistulisation. L’affection chronique peut engendrer des suppurations odorantes et un retentissement psychologique risque aussi d’atteindre la personne. Il s’agit notamment de troubles vis-à-vis de l’entourage. Dans la plupart des cas, seule la chirurgie est la solution, car l’efficacité des traitements médicamenteux est variable d’une personne à l’autre.

Appelé aussi acné apocrine, acné inversa, maladie de Verneuil, maladie de Velpeau, maladie de Renard-repaire, hidrosadénite suppuré, hidradrenitis supportiva, fistulans de sinifica de Pyodermia ou apocrinitis, la maladie se présente différemment d’une personne à l’autre. Elle évolue à partir de zones inflammatoires limitées dont on peut le confondre avec des abcès ou acnés. Des plaques inflammatoires purulentes peuvent ensuite apparaître dans de cas plus graves.

Origine de l’hidrosadénite

L’origine de la maladie est source de discordance d’un expert à l’autre. D’autres prétendent qu’il s’agisse d’atteinte suppurative de la glande sudorale apocrine où on note une extension secondaire au follicule pilo-sébacé. On a ensuite une abcédation locale qui précède l’inflammation.  Mais certains confirment que la maladie est favorisée par un manque d’hygiène, et de tabac. Le traitement à entreprendre va dépendre de la maladie et sa forme, c’est-à-dire, s’il elle est sévère ou non, de l’état des infections et de la santé en général de la personne. Les causes de la pathologie sont encore floues et les médicaments ou thérapies peuvent être efficaces ou non selon les personnes. Les sujets doivent en tout cas prendre tous les renseignements et bien se référer aux conseils du médecin ou du dermatologue. Toutefois, il importe d’avoir de bonnes règles hygiénodiététiques comme la perte de poids s’il s’agit d’obésité. Il faut éviter l’épilation ou le rasage des zones atteintes et les désinfecter. Le spécialiste peut donner ensuite un traitement anti-infectieux, endocrine et anti-inflammatoire.

Traitements homéopathiques de l’hidrosadénite

 Si des traitements médicamenteux peuvent être efficaces, les traitements homéopathiques n’en sont pas aussi des moindres. Le Thuya occidentalis a des vertus curatives permettant de lutter contre l’hidrosadénite. Ce remède s’applique en utilisation locale. Son rôle est alors de réduire les éruptions cutanées. Ainsi, la personne peut avoir moins de gênes tant sur le plan fonctionnel que sur les odeurs et aussi les douleurs. Il est aussi possible d’utiliser l’Hepar sulfurus calcareum. Il s’agit d’une association de fleurs de soufre et de calcaire d’huître qui s’attaque efficacement contre les infections. Toutefois, il faut bien suivre le dosage. Une dose de 30 CH par jour durant 4 jours doit être prise. On évite aussi la formation de pus en le combinant au Belladona 5CH à 5 granules qu’on doit prendre toutes les 2 heures sans dépasser les 2 jours. Le traitement est complet avec deux doses de Pyrogenium.

 

Dans le cas d’une hidrosadénite, il faut intervenir rapidement. Les symptômes peuvent persister et si au-delà de deux jours, ils ne sont pas atténués, il faut consulter un médecin au plus vite. L’avis d’un spécialiste est toujours requis notamment si l’inflammation est accompagnée de suppurations ainsi que de gênes et d’incapacité à se mouvoir. La situation peut en effet s’empirer et l’expert est en mesure de déterminer s’il y a un besoin d’intervention chirurgicale ou non.

 

 

 

 

 

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0 (from 0 votes)
  • Cadmium Sulfuratum et les sels de cadmium 22 décembre 2016
    Voici un excellent exposé du docteur Ravalard, presenté lors du séminaire de Vannes, sur Cadmium Sulfuratum et les sels de cadmium Pourquoi le Cadmium?   De nombreux patients cancéreux viennent chercher de l’aide chez les homéopathes.   Que répondre à leurs demandes, comment gérer leurs situations? D’où ma lecture de nos anciens sur le sujet […]
  • Sortie du Répertoire 8 décembre 2016
    Ouvrage indispensable, voila la version 2017, enrichie, et éditée par Edouard Broussalian du répertoire homéopathique de Kent Une version inédite, en couleur, avec les valorisations relatives et générales ! Vous pouvez le retrouver dans l’e-boutique ici Cette 5ème édition est l’aboutissement de nombreuses années de réflexion sur le répertoire et les données issues de sa […]
Copyright © 2012-2014 Guide Homéopathique - Tous droits réservés