Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Herpès

L’herpès est une pathologie virale qui peut être  soit éruptive ou  cutanée. Elle peut se présenter sous différentes formes. Il peut s’agir de bouton de fièvre ou herpès labial ou l’herpès génital pour celui qui touche les organes génitaux. Cette dernière est une infection sexuellement transmissible très répandue dans le monde notamment en Europe et en Amérique du Nord. C’est une infection virale des organes génitaux maux et femelles. Les personnes atteintes ne sont pas souvent conscientes de leur état alors que la situation peut se compliquer. Le virus ne peut être éliminé définitivement, mais il y a tout de même des traitements efficaces pour lutter contre.

Les différents types d’herpès

 Deux types de virus herpétiques sont les responsables de l’herpès. Il s’agit de l’herpès simplex 1 ou HSV-1 et l’herpès simplex 2 ou HSV-2. Elles provoquent l’infection de la bouche et celle des organes génitaux. Pour ces derniers, la cause est souvent le contact des lésions de l’herpès labial avec les voies génitales notamment durant une relation sexuelle buccogénitale. Dans l’autre cas, il s’agit de contact de la muqueuse buccale avec les lésions de l’herpès génital. En somme, le virus est contracté au cours d’une relation sexuelle. Dans ce cas, l’infection conduit à une formation de vésicules libérant des parties virales. La maladie est contagieuse, le virus pénètre la peau par un frottement contre l’une des vésicules. Toutefois, ce ne sont pas toutes les personnes infectées qui présentent des vésicules. Dans ce cas, le virus est produit et se propage sans qu’il n’y ait de manifestation visible. Pour la bouche, le baiser est le risque de transmettre le virus si les muqueuses en détiennent. D’après des études, le risque est plus grand chez les femmes que chez les hommes. De nos jours, des soins et traitements sont possibles, toutefois, il n’y a pas de médicaments qui puissent éliminer directement le virus. Il infecte les cellules de la personne et y demeure à l’état latent, c’est-à-dire qu’il reste inactif dans les racines nerveuses.

 Voies de propagation de l’herpès

Le virus peut se réactiver et refaire surface sur la peau sans durée déterminée. De nouvelles éruptions cutanées apparaissent alors. Et favorisé par les lésions, le virus se propage de manière rapide. Il peut y avoir ou non de vésicules et la personne est toujours contagieuse même si on na pas de lésions visibles. Il se peut qu’il n’y ait pas de symptômes directs et le partenaire sexuel non infecté peut recevoir le virus. On parle alors d’excrétion asymptomatique qui est un phénomène causal des nouvelles infections d’herpès génital.

Dans le cas où il y a des lésions, elles apparaissent après 4 ou 7 jours de contact. Au niveau de la peau, on peut apercevoir des grappes de taches rouges. Ensuite, une croûte se forme sur les lésions. Le cycle peut se présenter en des épisodes répétitifs. Les vésicules apparaissent souvent autour de l’anus, sur les fesses ou les cuisses et les organes génitaux eux-mêmes. Le siège au début va dépendre de l’activité sexuelle durant la transmission de l’infection.

Il se peut que les lésions dites herpétiques s’accompagnent de différents symptômes tels des maux de tête fièvre, état grippal, douleur, démangeaisons, picotements ou sensibilité de la région. Quand la personne urine, il peut y avoir aussi des douleurs. A l’aine et dans la partie inférieure de l’abdomen, il peut y avoir des points sensibles et enflés. L’herpès génital peut être récidive et revenir de nombreuses fois. Une complication de l’infection peut conduire à une augmentation du risque de transmission du VIH.

Traitements homéopathique de l’herpès

Il est tout à fait possible de procéder à un traitement homéopathique de fond. Dans ce cas, on peut choisir le Vaccinotoxinum, le Rhus toxicodendron ou encore le Staphysagria. Des combinaisons comme le Vaccinotoxinum et le Borax ou le Rhus toxicodendron sont efficaces, mais il importe de bien se renseigner. Pour les prurits important par exemple, le Croton triglium est le plus adéquat. D’autres remèdes existent selon le degré de l’infection. Pour le traitement local, des crèmes et antiseptiques liquides comme l’extrait de pépin de pamplemousse et des crèmes antifongiques sont à appliquer

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0 (from 0 votes)
Copyright © 2012-2017 Guide Homéopathique - Tous droits réservés