Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Entorse

Une entorse ou foulure est une blessure des ligaments provoquée par une mobilisation excessive d’une articulation. En général, le ligament est étiré, mais il peut être aussi déchiré (entorse grave ou déchirure), avec des difficultés liées à des ruptures osseuses.

Après une entorse, la plupart du temps la cryothérapie est signalée, pour s’abstenir à l’apparition de l’hématome, ainsi que l’application locale d’un anti-inflammatoire. Par-dessus tout, on peut fixer l’articulation à l’aide d’un bandage ou une attelle. Il est possible de reprendre l’activité physique au bout de cinq jours en cas d’entorse légère, ou de deux à douze semaines conformément au degré de gravité. En cas d’entorse grave, en général la pose d’un plâtre est réclamée, voire même une opération si les ligaments sont gravement atteints. Les entorses à répétition et l’instabilité articulaire qui en découle peuvent provoquer la croissance d’une arthrose.

On distingue deux types d’entorses :

– L’entorse bénigne ou foulure qui est une distension ligamentaire provoquant : une forte douleur à l’étirement avec points douloureux à l’insertion des ligaments et une considérable enflure. Elle guérit facilement par immobilisation de deux à trois semaines environ, par bandage, strapping ou attelle, parfois plâtre.

– L’entorse grave, qui est caractérisée par une rupture ligamentaire. Cette rupture se reconnaît cliniquement à l’existence d’un mouvement anormal et sur une radiographie prise en position exagérée, d’un bâillement articulaire. Une immobilisation plâtrée de quatre à six semaines permet au ligament de se rétablir. Parfois, une réparation chirurgicale est indiquée, selon la gravité de la blessure. La rééducation est ensuite, dans tous les cas, nécessaire.

Les causes d’une entorse

L’entorse peut être causée par une flexion, une extension ou une torsion de l’articulation au-delà de son amplitude normale. Par exemple, se fouler la cheville en marchant sur une surface abîmée. Elle peut aussi être provoquée par une tension extrême sur une articulation. Par exemple, un sportif en pleine pratique de football ou de basket-ball qui change tout à coup sa direction. Un coup direct à une articulation peut également pousser une entorse. Il en est de même pour les entorses antérieures qui ont laissé un ligament affaibli. Pour les sportifs que ce soient, les athlètes professionnels, les athlètes amateurs ou les personnes qui suivent un programme d’entrainement, un manque d’échauffement ou d’entraînement peuvent entraîner une blessure des ligaments. À noter qu’un entraînement mal mené peut déclencher une entorse, tout comme la fatigue musculaire, car la tension sur l’articulation est plus considérable lorsque les muscles sont épuisés. Une surface de jeu en mauvais état peut mener à une blessure au niveau des articulations. Cependant, cette blessure peut être causée par un équipement inapproprié comme les souliers de marche à la place des bottillons, pendant une promenade en terrain accidenté, par exemple.

Les symptômes d’une entorse

Les symptômes sont la souffrance au niveau de l’articulation, une infirmité, un gonflement autour de l’articulation (plus ou moins brusque selon le degré de la gravité) et probablement l’apparition d’un hématome.

L’enflure, la grande douleur et la difficulté à bouger l’articulation sont donc les principaux symptômes de l’entorse, pour chaque type d’entorse. Toutefois, il existe d’autres symptômes de blessure de ligament qui sont les suivants : pour l’entorse légère, il y a une douleur à l’articulation, mais les mouvements sont possibles ; il y a un gonflement de l’articulation dans les heures qui suivent ou le lendemain et on remarque l’absence d’ecchymose (bleu). Pour l’entorse modérée, il y a également une douleur à l’articulation, mais les mouvements sont limités ; on remarque un gonflement de l’articulation en moins de 4 heures et la présence d’une ecchymose. Pour l’entorse grave, il y a la sensation d’un craquement ou d’une sensation de déchirure, une douleur le plus souvent intense avec une grande difficulté à bouger l’articulation, puis il est souvent impossible de s’appuyer avec le membre blessé et encore moins d’y fixer son poids. Ainsi un gonflement rapide, c’est-à-dire une enflure de l’articulation en quelques minutes, et la présence d’une ecchymose.

 

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0 (from 0 votes)
  • Direction de la guérison 26 mars 2017
    Correspondance des organes, et Direction de la guérison Par le Dr. James Tyler Kent. Transactions of the Society of Homoeopathicians, 1911, p 31-33. Traduction littérale par Édouard Broussalian. Réécrit par Camille Genton. Préambule du traducteur. Tous nos lecteurs savent que notre site se consacre à l’approche Hahnemannienne de l’homéopathie, caractérisée par son pragmatisme et fondée […]
  • Séminaire à Montréal: 8, 9 et 10 Septembre 2017 12 mars 2017
    Après Agadir au Maroc et Bath en Angleterre, rendez vous les 8, 9, et 10 septembre 2017 à Montréal  ! Nous serons accueilli au sein de l’université de Québec (UQAM) Comme d’habitude, ce séminaire clinique, sera projeté sur grand écran avec un jeu de plusieurs caméras, permettant aux participants de voir en direct le Dr. Broussalian […]
Copyright © 2012-2014 Guide Homéopathique - Tous droits réservés