Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Entérocolite

L’entérocolite est une inflammation de l’intestin grêle ou du côlon provoquant des selles régulières et peu consistantes, qui sont susceptibles de faire mal. Il y a plusieurs types d’entérocolite, en voici quelques exemples :

–  L’entérocolite aiguë ou dysenterie bactérienne qui est une inflammation de l’estomac, de la muqueuse et de l’intestin. Cette affection a une origine transmissible, surtout dans les collectivités, la transmission des germes par des aliments, des mains mal propres, des laitages par contact avec des matières fécales. Elle conduit à des troubles digestifs aigus, la plupart du temps changeables.

– L’entérocolite nécrosante du nouveau-né ou entérocolite ulcéronécrosante qui est une maladie atteignant, principalement les prématurés et qui se détermine par l’apparition de lésions de type nécrosantes, c’est-à-dire indiquant une dégénérescence de tissu de la muqueuse intestinale.

– Les entérocolites non spécifiques graves de l’enfant avec diarrhée ont pour particularité d’être auto entretenue. Par ailleurs, cette sorte de maladie persévère dans le temps à cause d’une réinfestation liée à une atteinte des intestins, excitée par une malnutrition et par des infections qui risquent d’aggraver, associées quelquefois à des inexactitudes de régime.

– L’entérocolite infectieuse qui indique l’ensemble des infections du côlon et de l’intestin grêle. Il y a l’entérocolite infectieuse primitive qui est la conséquence d’une contamination alimentaire, et l’entérocolite infectieuse secondaire qui est dessinée par la forme classique de la colite pseudomembraneuse.

– L’entérocolite radique appelée aussi entérocolite actinique qui se spécifie par des lésions de la paroi intestinale dues à la radiothérapie du bassin ou de l’abdomen.

Les causes de l’entérocolite

Les virus sont le plus souvent en cause, en particulier en hiver, et chez les plus jeunes. Les bactéries peuvent être aussi le commencement d’entérocolite aiguë, ainsi que l’intoxication par des amibiases, ou des lambliases, l’infection par des champignons vénéneux, l’intolérance à certains glucides et aux poissons tels que la bonite, le thon, etc., provoquant en plus de l’urticaire. L’apparition de l’entérocolite nécrosante est causée par l’alimentation des enfants avec des préparations lactées ou une alimentation parentérale par des solutés hypertoniques. La cause la plus souvent remarquée, susceptible de déclarer la survenue d’entérocolite non spécifique grave de l’enfant est une infection entérale ou parentérale de caractère antrite. L’excès aux protéines du lait de vache ainsi que l’utilisation exagérée d’antibiotiques chez le nouveau-né sont autant des causes de l’apparition de cette pathologie pédiatrique. À noter aussi les régimes non convenables ou encore les régimes hypocaloriques adaptés, à la suite d’une quelconque diarrhée. Quant à l’entérocolite infectieuse, elle est privilégiée par une mauvaise hygiène ; mais les microbes tels que les germes du choléra, Shigelle et Salmonelle peuvent également en être la cause de la pathologie. Pour finir, la cause d’une entérocolite radique se caractérisa par une faiblesse d’activité de la part de l’iléon ou encore d’une entéropathie exsudative, d’abcès du péritoine, de fistules ou quelquefois, de subocclusion ou d’obstruction intestinale qui se produit par étape.

Les symptômes de l’entérocolite

Les symptômes de l’entérocolite aiguë se caractérisent par des douleurs abdominales, des douleurs gastriques c’est-à-dire au niveau de l’estomac. D’autres signes apparaissent également, à savoir la présence de diarrhée, la sensation de malaise parfois violente accompagnée d’une sueur et de chaud-froid et qui vient de temps en temps avec de la fièvre. Des cas de nausées et de vomissements d’une rude manifestation et d’intensité variée sont possibles, mais dépendent entièrement de chaque individu. Un enfant atteint d’entérocolite nécrosante présente les symptômes suivant : un ballonnement abdominal, un iléus, des vomissements, des selles liquides de temps à autre contenant du sang. En effet, l’examen du jeune patient précise que sa peau est devenue grise et qu’il révèle des apnées. L’apparition précoce des diarrhées chez l’enfant, dans le cas où ils débutent avant trois mois et évoluent durant plusieurs mois, est un symptôme de l’entérocolite non spécifique grave de l’enfant. Le symptôme principal de l’entérocolite infectieuse est la diarrhée. Pour l’entérocolite radique, les symptômes qui surviennent sont changeants et dépendants s’ils sont précoces ou tardifs. Quand les symptômes sont tardifs, le patient endure des douleurs abdominales et des diarrhées associées à une baisse de l’état général, le plus souvent importante, puis souffre de vomissements et de nausées.

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0 (from 0 votes)
Entérocolite, 5.0 out of 5 based on 1 rating
  • Cadmium Sulfuratum et les sels de cadmium 22 décembre 2016
    Voici un excellent exposé du docteur Ravalard, presenté lors du séminaire de Vannes, sur Cadmium Sulfuratum et les sels de cadmium Pourquoi le Cadmium?   De nombreux patients cancéreux viennent chercher de l’aide chez les homéopathes.   Que répondre à leurs demandes, comment gérer leurs situations? D’où ma lecture de nos anciens sur le sujet […]
  • Sortie du Répertoire 8 décembre 2016
    Ouvrage indispensable, voila la version 2017, enrichie, et éditée par Edouard Broussalian du répertoire homéopathique de Kent Une version inédite, en couleur, avec les valorisations relatives et générales ! Vous pouvez le retrouver dans l’e-boutique ici Cette 5ème édition est l’aboutissement de nombreuses années de réflexion sur le répertoire et les données issues de sa […]
Copyright © 2012-2014 Guide Homéopathique - Tous droits réservés