Retrouvez-nous
Homéopathie Facebook Homéopathie Twitter

Coqueluche

La coqueluche est une pathologie très contagieuse qui frappe les nourrissons de moins d’un an et les enfants de moins de cinq ans. La coqueluche est une infection respiratoire bactérienne pas ou peu fiévreuse de l’arbre respiratoire inférieur, mais d’une évolution longue et très contagieuse. Les bactéries du genre Bordetella sont les principaux responsables des syndromes coquelucheux chez l’homme. Ce sont Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis.  Cette pathologie est longue et éprouvante de quatre à huit semaines, après une période d’incubation d’une semaine. La pathologie se caractérise par de violentes tornades de toux dont la crise rappelle le chant du coq. Sachez que la coqueluche est assez difficile à détecter à cause de l’irrégularité de ces symptômes.

Les causes de la coqueluche

La coqueluche est provoquée par la bactérie appelée Bordetella pertussis.  Cette bactérie se transmet d’une personne à une autre par le biais de minuscules gouttelettes exhalées par la bouche et le nez d’un patient qui tousse. La forme de coqueluche légère est provoquée par une bactérie semblable appelée Bordetella parapertussis. Elle provoque ainsi une coqueluche qui est moins grave et qui est désignée paracoqueluche. Bien que la plupart des signes de la coqueluche soient diagnostiqués sur les enfants de moins de 5 ans, des enfants plus âgées peuvent également être porteurs. L’on estime, de ce fait que les adultes indiquent une source d’infection très importante pour les nourrissons. En outre, l’incubation dure 1 ou 2 semaines et les personnes infectées peuvent en contaminer d’autres dès la fin de la première semaine et restent notamment contagieuses durant les 6 prochaines semaines.

Symptômes et complications de la coqueluche

L’affection de la maladie évolue en 3 stades. Le premier stade débute à environ 10 jours après l’infection et présente des symptômes qui sont semblables à un rhume tout à fait banal. Les symptômes se manifestent par des yeux larmoyants, des éternuements, une perte de l’appétit, un état de faiblesse générale et une toux sèche et quinteuse. Le deuxième stade s’annonce après 10 à 14 jours et se caractérise par la fréquence rapide et la gravité accrues des toux. Rappelons que c’est à partir du son de la toux qu’est venu le nom de cette pathologie. Ce fait peut se produire des centaines de fois dans la journée.  En effet, la répétition de la toux associée à l’expulsion du mucus peut entrainer des vomissements et où les nourrissons risquent de suffoquer.  Après un mois, les personnes touchées commencent par avoir bonne mine et à se sentir mieux. L’espacement des quintes de toux marque le troisième stade qui annonce la période d’entrée en convalescence. D’habitude, la durée de l’affection s’étend de 6 à 10 semaines.

 

Homéopathie et coqueluche

Dans le cas où la maladie est rapidement détectée et que l’enfant est fatigué grâce à l’incubation de la bactérie, il faut prendre une dose de Carbo Végétalis 15 CH pour atténuer la sensation d’étouffement et pour améliorer la respiration. Ou bien, si la personne est sthénique, Sulfur est très recommandé. Dans le cas où le malade a un visage rouge et en sueur, Belladona est le remède idéal, car il permet également de prévenir des toux nocturnes violentes et sèches. En effet, Allium Cepa traite efficacement la coqueluche suivie de coryza, de toux spasmodique rauque et sèche, de coulée de larmes, d’écoulement nasal irritant et de fréquents éternuements. Si le malade présente une évolution qui se caractérise par des toux spasmodiques et des suffocations, des vomissements ou des nausées, Ipeca est très recommandé. En cas de toux quinteuse, Corallium rubum 9 CH, Coccus Cacti, Cuprum metallicum, Mephitis Putorius et Perussinum 30 CH sont fortement conseillés.

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 0 (from 0 votes)
  • Questionnement sur la vaccination 3 avril 2017
    Courageux document écrit par un de nos étudiants, pharmacien, soutenu par de nombreuses références et un film. A lire et à voir. Absolument !
  • Direction de la guérison 26 mars 2017
    Correspondance des organes, et Direction de la guérison Par le Dr. James Tyler Kent. Transactions of the Society of Homoeopathicians, 1911, p 31-33. Traduction littérale par Édouard Broussalian. Réécrit par Camille Genton. Préambule du traducteur. Tous nos lecteurs savent que notre site se consacre à l’approche Hahnemannienne de l’homéopathie, caractérisée par son pragmatisme et fondée […]
Copyright © 2012-2014 Guide Homéopathique - Tous droits réservés